Actualisé

Nucléaire iranienKerry et Zarif évoquent «des progrès» à Lausanne

John Kerry et Mohammad Javad Zarif qui sont toujours à la recherche d'un accord sur le programme nucléaire iranien, se sont retrouvés à Lausanne pour la deuxième journée consécutive.

1 / 150
Le président iranien Hassan Rohani a rejeté toute rencontre avec Donald Trump mercredi tant que les sanctions ne seraient pas levées. (Mercredi 25 septembre 2019)

Le président iranien Hassan Rohani a rejeté toute rencontre avec Donald Trump mercredi tant que les sanctions ne seraient pas levées. (Mercredi 25 septembre 2019)

Keystone
Le président français Emmanuel Macron se démène pour organiser une rencontre entre e président iranien Hassan Rohani et Donald Trump. (Mercredi 25 septembre 2019)

Le président français Emmanuel Macron se démène pour organiser une rencontre entre e président iranien Hassan Rohani et Donald Trump. (Mercredi 25 septembre 2019)

AFP
Donald Trump a affirmé lundi qu'aucune rencontre n'était prévue «à ce stade» avec Hassan Rohani, mais il a entretenu le suspense sur la possibilité d'une entrevue, à New York.  (23 septembre 2019)

Donald Trump a affirmé lundi qu'aucune rencontre n'était prévue «à ce stade» avec Hassan Rohani, mais il a entretenu le suspense sur la possibilité d'une entrevue, à New York. (23 septembre 2019)

AFP

La deuxième journée de discussions entre Américains et Iraniens sur le programme nucléaire de Téhéran se poursuit mardi 17 mars au Beau-Rivage Palace de Lausanne, a indiqué le département d'Etat américain dans un communiqué. Après une réunion de 3h le matin, MM. Kerry et Zarif ont repris leurs pourparlers dans l'après-midi vers 14h15, après une pause.

Les deux chefs de la diplomatie étaient toujours accompagnés du ministre américain de l'Energie Ernest Moniz et du chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi.

Des progrès ont été faits sur les éléments techniques susceptibles de former la base d'un accord, mais des points-clés restent à résoudre, a redit mardi un haut responsable américain.

«Nous avons vraiment fait des progrès en terme d'identification des options techniques pour chacun des grands domaines», a résumé devant la presse ce responsable sous le sceau de l'anonymat. «Nous avons encore du chemin à parcourir (...). Mais même dans ce domaine, il nous reste des questions difficiles à traiter».

Chiffres et quantités

Pour qu'il y ait un accord-cadre, a-t-il souligné, il faudra qu'il y ait des chiffres. «S'il y a accord, je ne vois pas comment il pourrait être significatif sans comporter certaines dimensions en termes quantitatifs», a-t-il dit.

L'Iran et les puissances du P5 1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONUEtats-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni plus l'Allemagne), veulent s'entendre d'ici la fin du mois sur un accord-cadre puis un accord complet d'ici au 30 juin qui encadrerait les activités nucléaires les plus sensibles de l'Iran pendant au moins dix ans en échange d'une levée progressive des sanctions.

(ats)

Ton opinion