FOOTBALL - Kevin Bua: «Sion m’a fait sentir que j’étais quelqu’un d’important»
Publié

FOOTBALLKevin Bua: «Sion m’a fait sentir que j’étais quelqu’un d’important»

Après une parenthèse d’une saison en Espagne, l’ancien Servettien s’apprête à retrouver la Super League sous la tunique du FC Sion. Il explique ce qui l’a convaincu de signer à Tourbillon.

par
Nicolas Jacquier
Après Servette, Zurich et Bâle, Kevin Bua découvre avec le FC Sion un quatrième club de Super League.

Après Servette, Zurich et Bâle, Kevin Bua découvre avec le FC Sion un quatrième club de Super League.

NJR

Après un exil d’une année en Espagne, où il a arpenté les pelouses de Liga 2 sous le maillot de Leganès, Kevin Bua (27 ans) est de retour en Suisse. Mais pas au Servette, son club formateur, qu’il avait quitté en 2015 pour un tour de Suisse l’ayant conduit à Zurich d’abord, puis au FC Bâle. Alors que beaucoup, notamment parmi les fans «grenat», avaient spéculé sur un retour à la case départ, le milieu de terrain a dribblé tout son monde en s’engageant avec le FC Sion, le meilleur «ennemi» du SFC, que les Valaisans retrouveront ce dimanche déjà en ouverture du championnat.

Bua y a paraphé un contrat longue durée, jusqu’en juin 2024. Un renfort de poids pour le club sédunois. Le No 33 de Tourbillon compte déjà 100 matches de Super League au compteur, agrémentés de 20 buts et 26 passes décisives.

« Faire grandir un club en le restructurant, c’est un projet ambitieux. Je suis heureux d’y être associé»

Kevin Bua, milieu offensif du FC Sion

Kevin Bua, qu’est-ce qui vous a convaincu de poursuivre votre carrière en Valais plutôt qu’ailleurs, au Servette par exemple?

C’est vrai, plusieurs clubs, en Suisse, ont manifesté leurs intérêts mais c’est Sion qui me voulait le plus. Dans les discussions, le club et ses dirigeants m’ont rapidement fait sentir que j’étais quelqu’un d’important pour eux. Se sentir important, c’est aussi valorisant. Et le projet que ses responsables m’ont présenté m’a séduit.

Mais ce projet dont vous parlez souvent, quel est-il au juste s’il fallait le définir?

Il y a une volonté de faire grandir le club. Je suis là pour l’aider à passer ce cap. En apportant ce que je suis. Faire grandir un club en le restructurant, c’est un projet ambitieux qui m’enthousiasme. Je suis heureux d’y être associé.

«Avec Servette, il y a eu une approche mais je n’ai pas envie d’entrer dans les détails ni de polémiquer»

Kevin Bua, milieu de terrain offensif du FC Sion

En fin de compte, pourquoi votre retour au Servette ne s’est-il pas fait?

Il y a eu une approche mais je n’ai pas envie d’entrer dans les détails ni de polémiquer. Si je suis ici, à Sion, c’est parce que j’ai choisi d’être là. Et que j’ai été superbement accueilli malgré… la pluie (Rires)

Au moment du choix, l’argument financier a-t-il pesé dans votre décision?

On veut toujours avoir le top partout. Je sais ce que je vaux. Mais ce n’est pas l’argument financier qui a le plus compté.

Quoi alors? Le fait de retrouver des têtes connues, à l’instar de Luca Zuffi, Geoffroy Serey Die et Marco Walker que vous avez connus à Bâle?

Ce n’est pas un aspect primordial non plus. Bien sûr, arriver dans un vestiaire où tu connais déjà du monde est une chose plus rassurante lorsqu’il s’agit de s’acclimater. Cela me fait donc plaisir de les avoir retrouvés. Mais ce n’est en aucune façon un élément décisif. Le fait que le coach sache qui je suis et comment je fonctionne représente cependant un avantage au départ.

Avec le recul, que conservez-vous de votre expérience espagnole?

En jouant moins que ce que j’avais imaginé, cela m’a permis de découvrir une facette de moi que je ne connaissais pas, surtout en dehors du football. En n’étant pas toujours titulaire, j’ai appris à me gérer différemment, cela m’a permis de mûrir dans la tête.

«Je serai toujours genevois et fier de l’être. Il se trouve que je suis maintenant un joueur du FC Sion et que c’est la seule chose qui importe»

Kevin Bua, milieu offensif du FC Sion

A 72 heures de la reprise, que doit viser le FC Sion?

Quand on est compétiteur, on espère toujours jouer le plus haut possible dans le classement, cela doit être notre but.

La reprise s’effectuera cette fois avec du public…

On se réjouit de reprendre une vie la plus normale possible et de retrouver du monde au stade, même si l’on sait que cela peut changer d’un jour à l’autre.

Dimanche, place au derby du Rhône. D’un point de vue personnel, appréhendez-vous ses retrouvailles avec Servette?

Ca va forcément me faire quelque chose. Je serai toujours genevois et fier de l’être. Il se trouve que je suis maintenant un joueur du FC Sion et que c’est la seule chose qui importe. Je suis là pour gagner. Si je suis prêt? Je serai prêt dès que le coach fera appel à moi.

Votre opinion