Publié

UkraineKiev évoque une issue proche dans l'affaire Timochenko

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a évoqué vendredi un règlement rapide du cas de Ioulia Timochenko, qui perturbe les relations avec l'Union européenne.

Manifestation de soutien à Kiev en faveur de l'ex-première ministre Ioulia Timochenko.

Manifestation de soutien à Kiev en faveur de l'ex-première ministre Ioulia Timochenko.

ARCHIVES, AFP

La condamnation de l'ex-première ministre à sept ans de prison empoisonne les relations entre Kiev et l'Union européenne (UE).

«Il nous faut encore nous pencher sur une question des plus douloureuses: la question Timochenko», a déclaré le chef de l'Etat, cité par l'agence de presse Interfax, lors d'une entrevue avec Stefan Füle, le commissaire européen à l'Elargissement et à la Politique européenne de voisinage (PEV).

«Nous cherchons une issue et j'espère que nous déterminerons très prochainement par quels moyens nous pouvons régler cette question», a-t-il ajouté.

Les Occidentaux font pression sur Kiev pour obtenir la libération de Timochenko. Agée de 52 ans, l'ex-égérie de la «Révolution orange», fin 2004, et adversaire malheureuse de Ianoukovitch à la présidentielle de février 2010 a été condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir au terme d'un procès qualifié de politique par ses partisans et par les chancelleries européennes.

Accords de libre-échange

Son sort menace la signature, le mois prochain en Lituanie, d'accords de libre-échange entre Kiev et l'Union européenne. Viktor Ianoukovitch a déclaré que la partie ukrainienne oeuvrait activement avec les diplomates de l'UE pour trouver une issue.

L'Allemagne a proposé de son côté d'accueillir Timochenko pour lui prodiguer des soins: l'ex-chef du gouvernement se plaint de très violents maux au dos.

Lors de sa rencontre avec le commissaire européen, le président ukrainien n'a avancé aucune proposition spécifique sur sa libération ou son transfert en Allemagne. Mais les députés ont été invités vendredi matin à préparer un texte de loi pour autoriser des détenus à se rendre à l'étranger pour raisons médicales.

(ats)

Ton opinion