Basketball: Killian Martin, le rescapé, à la tête d’une bande de jeunes

Publié

BasketballKillian Martin, le rescapé, à la tête d’une bande de jeunes

Le capitaine d’Union Neuchâtel est le dernier Mohican d’une formation en pleine reconstruction, mais pas dénuée d’ambitions. À Genève, l’équipe du Littoral s’est bien battue.

par
Christian Maillard
(Grand-Saconnex)
Killian Martin est toujours aussi motivé, malgré le départ de nombreux cadres d’Union cet été.

Killian Martin est toujours aussi motivé, malgré le départ de nombreux cadres d’Union cet été.

DR

À Neuchâtel, il n’est plus question de viser la lune et de défier Fribourg Olympic, cette époque est désormais révolue pour l’ancien finaliste du championnat ou reportée à des jours meilleurs. Exit Bryan Colon (Genève), Selim Fofana (Monténégro), Noé Anabir (Genève), Dominic Morris (Argentine) , Daniel Giddens (Japon), Chad Timberlake (retraite), Aleksa Popovic (?) et Kimi Tomat (?), on reconstruit. À l’exception des jeunes loups (Jonathan Gräser, Saban Mehic, Henri Chokoté et Silmy Joao Caputa) qui attendaient sagement leur heure sur le banc depuis la saison dernière, des cadres de Mitar Trivunovic, il n’en reste plus qu’un: c’est Killian Martin.

International suisse, Killian Martin est prêt à entourer ses jeunes coéquipiers.

International suisse, Killian Martin est prêt à entourer ses jeunes coéquipiers.

FRESHFOCUS

Lui, c’est le capitaine d’Union Neuchâtel, qui a échappé à la grande lessive du club du Littoral, cet été. Absent durant toute la période de préparation, souffrant d’une pubalgie, le rescapé a disputé ses premières minutes de jeu de la saison samedi au Grand-Saconnex, contre les Lions de Genève. «Le coach espérait que je puisse tenir 15 minutes et finalement j’en ai joué le double», soupire le Neuchâtelois, un peu courbaturé, forcément.

«On repart d’une feuille blanche et c’est un beau challenge pour moi.»

Killian Martin, capitaine d’Union Neuchâtel

Au Pommier, lui et ses jeunes coéquipiers se sont bien battus. Comme des Lions. Jusqu’au bout. «Ce n’est pas parce que nous sommes jeunes que nous devons penser que c’est impossible de battre les meilleures équipes.» C’est le message du coach, Mitar Trivunovic, mais aussi celui de son capitaine. «Ce n’est plus la même formation, mais il y a quand même des choses à faire, on peut se battre et chatouiller tout le monde!»

Avec des éléments aussi prometteurs que l’Argentino-Suisse Juan Esteban de la Fuente (22 ans), de l’Américain Dalan Ancrum ou du Grenadien Arkim Robertson, le potentiel est là. «Samedi à Genève, c’est le premier quart qui nous a plombés et l’expérience des Genevois qui a fait la différence», regrette l’international suisse de 24 ans, prêt à jouer le grand frère et à relever ce nouveau défi du côté du Littoral.

Union Neuchâtel s’est bien battu ce samedi au Pommier.

Union Neuchâtel s’est bien battu ce samedi au Pommier.

DR

«On repart d’une feuille blanche et c’est un beau challenge pour moi, poursuit Killian Martin. Je pense que sur ce qu’on a montré à Genève, en jouant sur notre rapidité et notre intensité, comme en deuxième mi-temps, on peut vraiment faire de bonnes choses une fois qu’on aura tous appris à nous connaître. Avec tous ces départs, il faut tout recommencer. C’est aussi pour cela que j’ai signé, pour montrer l‘exemple sur le parquet et en dehors du terrain à ces jeunes qui me motivent à venir à l’entraînement tous les jours de la semaine.»

À Neuchâtel, qui va préparer la Super Coupe de samedi prochain contre Fribourg, l’Union continue de faire sa force.

Ton opinion