Publié

Crise intercoréenneKim Jong-un réclame des röstis pour le sommet!

Le leader nord-coréen a exigé que lui soit servi des röstis, un plat typiquement suisse, lors du banquet du sommet intercoréen qui aura lieu vendredi.

par
cht/afp

Les symboles seront au menu du banquet qui rassemblera vendredi après leur sommet historique le président sud-coréen Moon Jae-in et le leader nord-coréen Kim Jong Un. Les deux dirigeants dégusteront notamment des ... röstis! Un mets qui sera préparé à la coréenne et qui rappellera à Kim Jong-un son enfance en Suisse, a précisé la présidence sud-coréenne mardi.

La petite histoire ne dit pas si le dictateur de Pyongyang a exigé du lard ou pas dans ses pommes de terre. Toujours est-il que jusqu'ici la Corée du Nord n'avait jamais confirmé officiellement que Kim Jong-un avait passé une partie de son enfance dans le canton de Berne. C'est chose faite via la demande gastronomique de ce dernier!

Seront également servis au banquet de ce sommet historique des fruits de mer, de la viande et du riz des villes natales de Moon Jae-in et de ses prédécesseurs Kim Dae-jung et Roh Moo-hyun, qui avaient participé à Pyongyang en 2000 et 2007 aux deux premiers sommets intercoréens.

Moon Jae-in a également proposé que des nouilles froides, un plat emblématique du Nord, soient au menu, et Pyongyang a accepté de mettre à disposition un de ses plus grands cuisiniers. Il faut dire que la Corée du Sud a sa recette de nouilles froides, mais celle de Pyongyang est paraît-il plus réputée.

Nouilles nord-coréennes

L'heure de ces agapes n'a pas été communiquée, mais ce dîner aura lieu au même endroit que le sommet proprement dit, dans la «Maison de la Paix», un édifice situé dans la partie sous contrôle sud-coréen de la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule.

Après deux années de très fortes tensions en raison des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang, la péninsule connaît depuis le début de l'année une spectaculaire «détente». Le sommet de vendredi en est une nouvelle illustration. La «Maison bleue» a l'habitude d'agrémenter ses menus de références symboliques.

Quand le président américain Donald Trump était venu en Corée du Sud l'année dernière, son menu avait inclus une crevette pêchée dans les eaux autour des îles qui sont contrôlées par la Corée du Sud sous l'appellation Dokdo, mais revendiquées par Tokyo sous le nom de Takeshima.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!