Festival - Kiss, Angèle, Sting ou encore Orelsan au Paléo 2022
Publié

FestivalKiss, Angèle, Sting ou encore Orelsan au Paléo 2022

Les organisateurs ont déjà dévoilé les têtes d’affiche de la prochaine édition, qui doit avoir lieu du 19 au 24 juillet sur la plaine de l’Asse (VD).

par
Laurent Flückiger
1 / 25
Le légendaire groupe Kiss ouvrira les festivités, le mardi 19 juillet 2022.

Le légendaire groupe Kiss ouvrira les festivités, le mardi 19 juillet 2022.

Corbis via Getty Images
Dropkick Murphys, le mardi 19 juillet 2022.

Dropkick Murphys, le mardi 19 juillet 2022.

Getty Images
Sting, le mercredi 20 juillet 2022.

Sting, le mercredi 20 juillet 2022.

CBS via Getty Images

Novembre vous déprime? Heureusement, revoilà le Paléo pour mettre un sourire sur vos lèvres et envisager des plans réjouissants pour l’année prochaine. Le festival dévoile en effet déjà ses têtes d’affiche ce mardi, soit cinq mois plus tôt que d’habitude. L’explication vient encore une fois des effets de la pandémie: après avoir été contraints d’annuler les éditions 2020 et 2021, les organisateurs étaient prêts, leur besace pleine d’artistes qui ne demandent qu’à tourner. Par ailleurs, l’offre générale s’annonçant très copieuse pour 2022, mieux vaut ne pas attendre pour ouvrir la billetterie.

Le Paléo a donc révélé 48 noms, dont 23 en gras et qui sont les headliners de la prochaine édition, qui se déroulera du mardi 19 au dimanche 24 juillet. Constatation: 15 de ces derniers, soit la grande majorité, sont Français ou Belges. Pas forcément étonnant pour une manifestation comme celle de la plaine de l’Asse qui nous a habitués à en programmer beaucoup. Mais, avec la situation sanitaire actuelle qui perdure, c’est surtout que nos voisins peuvent plus facilement passer la frontière, au contraire des Américains et même des Britanniques qui ont le Brexit comme difficulté supplémentaire.

Conséquence: le rap francophone et les musiques urbaines dominent avec des noms sans grande surprise. Le jeudi, on retrouve Angèle et Roméo Elvis, une sœur et frère dont on peut raisonnablement espérer qu’ils partagent la scène, au moins pour le titre «Tout oublier». Le vendredi, PNL et SCH sont tout autant attendus que DJ Snake. Le samedi, Orelsan côtoiera Ninho. Enfin, dimanche, c’est Stromae qui clôturera le festival, comme déjà annoncé il y a un mois. La chanson française sera représentée par les «classiques» Francis Cabrel (jeudi) et Maxime Le Forestier (samedi) ainsi que la sensuelle Juliette Armanet (vendredi). Avec Feu! Chatterton (mercredi), Dub Inc. (jeudi), Grand Corps Malade, (vendredi) et Tryo (samedi), le compte est bon.

Du hard et du punk

Il y a bien un Américain dans le programme, il l’ouvre même, c’est une légende, c’est Kiss. Le dos du t-shirt de tournée 2020 disait donc juste: le groupe grimé le plus célèbre de la planète aurait dû venir embrasser l’Asse à l’époque où la bise commençait à être mal vue. Espérons que la fête ne soit pas une nouvelle fois gâchée, car voir The Starchild et The Demon scintiller et tirer la langue sur «I Was Made for Lovin' You» sera à coup sûr l’un des moments forts de l’édition. À noter que le même soir, on pourra se défouler sur du punk grâce à Dropkick Murphys et Turnstile, ça méritait d’être dit.

Toujours du côté des têtes d’affiche, il y a une soirée qui représente bien ce qu’a toujours été Paléo et qui, malheureusement peut-être, a tendance à disparaître. Le mercredi voit se côtoyer Sting, Rag’n’Bone Man, Metronomy, Feu! Chatterton et Fatoumata Diawara (étiquetée également «Village du monde», l’Afrique de l’Ouest), de la pop, de l’electro, du rock, du folk, un septuagénaire et des trentenaires. Une communion entre publics qui pourrait aussi avoir lieu devant Suzanne, Marina Sati ou Bombino, toujours le mercredi.

Enfin, on rappelle que la venue de Céline Dion a été reportée de 2020 à 2023. La traditionnelle vente de Noël d’abonnements 6 jours ouvrira le 24 novembre, alors que la billetterie sera lancée le 1er décembre à midi pour les billets journaliers.

Où sont les Suisses?

Dans le programme présenté mardi, on ne trouve aucun Suisse. Certes, il manque encore la moitié des artistes, mais ce sont les découvertes, les moins confirmés. Autrement dit: à moins d’un Stephan Eicher – mais il était là en 2019 –, on ne trouvera pratiquement jamais une chanteuse ou un chanteur dont le nom sera écrit en gras et qui aurait pu être dévoilé aujourd’hui parmi les 23 têtes d’affiche.

«On se laisse encore du temps pour continuer aller voir des concerts, pour défricher cette scène», explique le programmateur Mathieu Monnier, qui confirme que toutes les têtes d’affiche ont été annoncées ce mardi. Il assure: «Le Paléo tient à représenter dignement nos artistes du cru, qui devraient être une quinzaine.»

Votre opinion

12 commentaires