Hockey sur glace - Kloten – Ajoie: place à la vérité de la glace
Publié

Hockey sur glaceKloten – Ajoie: place à la vérité de la glace

A quelques heures du premier acte de la finale des play-off de Swiss League (17h30), difficile de dégager un favori au titre. Tour d’horizon des forces en présence.

par
Julien Boegli
Place aux choses sérieuses pour Philip-Michael Devos (Ajoie, à g.) et Patrick Obrist (Kloten, à dr.).

Place aux choses sérieuses pour Philip-Michael Devos (Ajoie, à g.) et Patrick Obrist (Kloten, à dr.).

Freshfocus

Quatre victoires: c’est ce qui sépare Kloten d’un retour dans l’élite. Trois ans après avoir quitté la National League au terme d’une série de barrage face à Rapperswil, les Zurichois ont le devoir de retrouver l’échelon supérieur. C’est inscrit en lettres rouges sur leur plan annuel. Le trophée du champion? Un plaisant accessoire ne représentant que le témoignage matériel de la finalité de leur projet.

Quatre victoires: c’est ce qui sépare le HC Ajoie du titre, le deuxième qui se propose à lui après celui obtenu il y a cinq ans. La promotion? Un pari, risqué aux yeux de certains, que la direction du club a malgré tout choisi de prendre, contrairement à 2016. A l’époque, la vétusté de sa patinoire l’empêchait d’en envisager la possibilité. Cette année, par contre, le président Patrick Hauert et son comité se sont portés candidats et ont reçu le feu vert de la Ligue.

Deux prétendants pour un même objectif, celui de terminer la saison sur un succès.

Pour y parvenir, chacun bénéficie d’outils financiers et humains différents. Aux 11 millions inscrits au budget de Kloten – chiffre avancé par le président du conseil d’administration Mike Schälchli dans le Blick du 25 novembre dernier -, les Jurassiens s’appuient eux sur un montant trois fois inférieur. Aussi, le directoire zurichois n’a pas hésité à assurer ses arrières durant l’hiver, s’attachant les services de Dario Meyer (Davos), Victor Oejdemark et Robin Leone (Lausanne). «Kloten est une grosse équipe avec quatre lignes ultraperformantes», confiait le capitaine du HCA Jordane Hauert mercredi soir, quelques instants après avoir éliminé Langenthal.

Une «grosse équipe» qui a terminé le championnat avec 102 points, soit le même total qu’Ajoie. Les noms ne font pas tout. Ils ne sont pas une assurance tous risques. Décryptage des forces en présence en sept séquences.

Les gardiens: match nul

Tim Wolf, gardien du HC Ajoie.

Tim Wolf, gardien du HC Ajoie.

Urs Lindt/freshfocus

Tim Wolf (Ajoie) et Dominic Nyffeler (Kloten) apparaissent comme des remparts contre l’adversité. Les deux meilleurs de la ligue? C’est en tout cas ce qu’en disent les chiffres. Ancien gardien du HCA de 2017 à 2019, Nyffeler affiche un pourcentage d’arrêts de 92,98% en saison régulière et 93,91% en play-off. En 11 parties disputées lors des séries, il n’a accordé que deux buts par match en moyenne. Des statistiques qui impressionnent, tout comme celles du dernier rempart zurichois de Porrentruy, similiaires à son rival: 93,04% d’arrêts en championnat et 94,68% lors des dix matches joués en séries, durant lesquels il a concédé 1,91 goals en moyenne.

Pour Gary Sheehan, il apparaît essentiel que son HC Ajoie «soit meilleur que l’adversaire dans ce département».

La défense: match nul

Comme dans le secteur offensif, les deux équipes s’appuient sur de solides arguments en défense, les meilleures, là encore, de la ligue. Le collectif de Gary Sheehan encaisse en moyenne 1,9 buts par match en play-off (2,17 en saison régulière), les Avatieurs 2,18 (2,22).

Là où les deux finalistes se distinguent, c’est dans le nombre de tirs bloqués. Kloten en bloque 12,07 par match en moyenne (12,11 en championnat), le HCA près du double (22 contre 16,55 en championnat). Depuis l’entrée dans le grand bal final, le sens du sacrifice des hockeyeurs ajoultots devant les envois adverses a ainsi considérablement augmenté.

L’attaque: match nul

Robin Figren (Suède), top scorer de Kloten en play-off avec 6 buts et 9 assists en 11 matches.

Robin Figren (Suède), top scorer de Kloten en play-off avec 6 buts et 9 assists en 11 matches.

freshfocus

Les Zurichois ont marqué 47 buts en 11 matches face à La Chaux-de-Fonds (quart de finale) et Olten (demi-finale), soit une moyenne de 4,27 par rencontre (4,39 durant la saison). La performance offensive ajoulote est identique. Dans le détail : 43 réussites en dix affrontements contre Viège et Langenthal. Une moyenne (4,3) qui s’inscrit sur celle étalée depuis l’automne (4,33). Les deux écuries les plus prolifiques de Swiss League demeurent toujours aussi efficaces dans leurs envois. 12,25% des frappes jurassiennes finissent au fond des filets en play-off (11,28% en championnat) contre 12,08% à Kloten (11,27%).

Partage des responsabilités: avantage Kloten

A la Raiffensen Arena, onze joueurs ont passé le cap des 20 points au terme du championnat, dont quatre défenseurs (Pouilly, Hauert, Rouiller et Eigenmann). A la Swiss Arena, ils sont huit. Six éléments dirigés par Per Hanberg tournent à près de 0,8 point par match depuis l’entrée en play-off, ils sont seulement quatre à Ajoie. Soit Devos (1,9), Schmutz (1,6), Hazen (1,5) et Frossard (1). L’entraîneur suédois bénéficie ainsi d’un inventaire plus large en terme de force de frappe offensive et n’hésite pas à répartir plus équitablement le temps de jeu entre ses quatre lignes, bien plus homogènes que celles de son concurrent québécois.

Dans ce registre, Philipp-Michaël Devos, le topscorer ajoulot, surclasse tout le monde, avec 23’31 avalé par rencontre !

Situations spéciales: avantage Ajoie

Kloten et Ajoie détiennent les jeux de puissance les plus redoutables de Swiss League. Qu’importe la période de la saison, leur rendement impressionne. Les deux finalistes marquent en moyenne plus d’un but par match en power-play. Le taux d’effiacité des Ajoulots dans ce secteur s’élève à 25,64% (26,63% en saison régulière), celui des Aviateurs à 26,09% (29,17% en saison régulière).

La solidité du HCA en infériorité numérique n’est plus à prouver. Il encaisse en moyenne 0,4 but par match en play-off (taux d’efficacité en box-play: 89,47%). Des chiffres qui se calquent sur ceux présentés durant tout l’hiver. Ajoie n’a notamment concédé qu’une réussite à 4 contre 5 lors de sa série de demi-finale, pour un total de 34’26’’ passées en désavantage numérique. «Une statistique que l’on ne voit pas beaucoup dans le hockey moderne», assure Gary Sheehan.

Dans ce registre, Kloten ne fait pas aussi bien, lui qui accorde 0,8 but par rencontre, soit autant qu’en saison régulière, et n’obtient qu’un modeste 79% d’efficacité en infériorité numérique en play-off.

Expérience: avantage Kloten

Alain Birbaum, 717 matches de National League.

Alain Birbaum, 717 matches de National League.

freshfocus

Dans ce domaine, il n’y a pas photo! L’alignement ajoulot ne propose pas de René Back, de Steve Kellenberger, de Patrick Obrist, Juraj Simek et autres Robin Leone. Autant d’éléments qui ont tracé leur chemin avant tout en LNA. La plus grande expérience zurichoise pourrait incontestablement servir dans un moment si crucial. Au Schlüfweg, 15 joueurs ont déjà connu, une saison au moins, le rythme de la première division, pour un total de 3718 rencontres disputées au sommet du hockey helvétique.

Au HC Ajoie, ils sont neuf, qui feront valoir dès aujourd’hui leurs 1694 matches joués en LNA ou National League. En affinant la comparaison, on se rend compte que Kloten dispose de neuf joueurs ayant passé le cap des 150 matches de LNA. A Porrentruy, ils ne sont que trois avec les défenseurs Alain Birbaum (717) et Giacomo Casserini (170), blessé depuis la fin du championnat, ainsi que l’attaquant Mathias Joggi (528).

Mental: avantage Ajoie?

Comment le HC Ajoie rebondira-t-il après l’affaire «Devos/Hazen»? En ressortira-t-il plus fort ou déstabilisé? Comment Kloten gèrera-t-il la pression d’une promotion qui ne doit pas lui échapper? Plus la saison avance et moins les Zurichois paraissent sereins. La demi-finale contre Olten tend à le prouver.

«La pression est grande sur leurs épaules, elle sera terrible si on parvient à bien commencer la série», avertit l’entraîneur Sheehan, qui ne porte pas grand intérêt aux confrontations des derniers mois, soit trois succès de Kloten en quatre matches de championnat et une victoire ajoulote en Coupe de Suisse.

Votre opinion

7 commentaires