Actualisé

InformatiqueKudelski a retrouvé les chiffres noirs

Le spécialiste vaudois de la sécurisation des contenus numériques Kudelski a engrangé un bénéfice net de 16,1 millions de francs en 2012, grâce à sa restructuration et ses bénéfices.

Kudelski prévoit un chiffre d'affaires inscrit entre 860 et 885 millions de francs pour 2013.

Kudelski prévoit un chiffre d'affaires inscrit entre 860 et 885 millions de francs pour 2013.

Keystone

Le groupe vaudois Kudelski a retrouvé les chiffres noirs en 2012. Le spécialiste de la sécurisation des contenus numériques et interactifs a dégagé un bénéfice net de 16,1 millions de francs, contre une perte de 17,7 millions un an plus tôt.

Le résultat opérationnel a augmenté de 40,6% à 37,7 millions de francs. Hors charges de restructuration, il est en hausse de 91,8% à 67,7 millions, a indiqué jeudi l'entreprise basée à Cheseaux-sur-Lausanne.

Par contre, le total du chiffre d'affaires et autres produits d'exploitation a diminué de 4% à 860,3 millions de francs. Le repli est dû en partie à la cession des activités audio, Polyright, EmbedICs, Medioh et Nagra Thomson Licensing l'année précédente.

Après la publication des comptes, l'action a démarré en trombe à la Bourse suisse, en gagnant 4% à l'ouverture, avant de tomber dans le rouge. Les bénéfices ont surpassé les attentes des analystes, qui étaient toutefois plus réservés quant aux ventes, se montrant quelque peu impatients de voir revenir la croissance. En revanche, les chiffres ont totalement rempli les objectifs de la direction, qui avaient du reste été relevés au terme du premier semestre.

Profitabilité accrue

«Notre premier objectif était d'améliorer la qualité des revenus», a expliqué le patron André Kudelski. «Nous avons été sélectifs dans certains domaines d'affaires pour favoriser la profitabilité de l'entreprise.»

La performance au niveau des bénéfices est le résultat d'un important travail fait pour réduire les coûts, a-t-il commenté. De fait, le programme de restructuration a permis d'économiser 86,8 millions de francs depuis 2011, dont 71 millions l'an passé.

L'effectif du groupe en postes à plein temps se montait à 2931 à fin décembre, contre 2999 un an auparavant. Au cours des 24 derniers mois, il s'est réduit de 137. Le nombre d'emplois a été abaissé de 175 en Suisse durant cette période et de 66 aux Etats-Unis, tandis que parallèlement il s'est accru de 130 en Inde, a détaillé le chef des finances, Mauro Saladini, lors de la conférence de presse de bilan au siège de Cheseaux-sur-Lausanne. Le plan est maintenant achevé et il n'y aura pas de frais de restructuration supplémentaires cette année.

Amérique latine dynamique

André Kudelski a aussi souligné les efforts de diversification géographique. Au vu de la situation difficile en Europe, «il faut aller chercher la croissance là où elle est, dans les marchés émergents». A cet égard, l'exercice a été marqué par une forte demande en provenance d'Amérique du Sud.

Le Brésil, en particulier, a continué d'être le vecteur de croissance du groupe et est devenu son deuxième marché derrière les Etats-Unis. De plus, l'Inde et l'Afrique commencent à évoluer de façon positive, note André Kudelski.

Au final, la division de la télévision numérique intégrée (Integrated Digital TV ou iDTV) a subi une baisse de revenus de 5,7% en excluant les effets monétaires, pour se fixer à 641,3 millions de francs. La chute de la demande européenne a pesé lourd, en particulier du côté de l'Italie, de l'Espagne et du Portugal. En revanche, son bénéfice opérationnel s'est fortement amélioré.

Parmi les initiatives récentes du groupe, l'activité des cartes NagraID Security à affichage numérique a hissé ses ventes à plus de dix millions de francs. Une vingtaine d'institutions financières déploient ces cartes. Quant à la nouvelle unité de cybersécurité, elle a connu «une évolution tout à fait favorable», selon André Kudelski. Mais cela prendra un certain temps pour atteindre un volume d'affaires important.

La division des systèmes d'accès physiques - événements, parkings et ski notamment - a pour sa part enregistré un déclin de 3% à 202,7 millions de francs. Elle a dégagé un bénéfice opérationnel en recul, principalement à cause du ralentissement du marché du ski en Europe.

Croissance en 2013

Le retour à la croissance pour le groupe est prévu cette année. Le chiffre d'affaires total est attendu entre 860 et 885 millions de francs, sur la base des cours de change actuels.

Ces prévisions tiennent compte de deux mouvements contradictoires, précise André Kudelski: des marchés émergents prometteurs, mais aussi une situation qui reste incertaine en Europe, notamment dans le sud.

(ats)

Votre opinion