Basketball – Kyrie Irving se prive de NBA en refusant le vaccin
Publié

BasketballKyrie Irving se prive de NBA en refusant le vaccin

Le joueur des Brooklyn Nets refuse de se faire vacciner. Son équipe le considère comme inéligible pour les entraînements et les matches, et déclare ne pas vouloir un joueur à mi-temps.

par
Rebecca Garcia
Kyrie Irving est pour l’heure inéligible pour jouer à la maison, sur les parquets de Brooklyn.

Kyrie Irving est pour l’heure inéligible pour jouer à la maison, sur les parquets de Brooklyn.

AFP

Comment un joueur de talent comme Kyrie Irving peut-il se voir refuser les parquets? La pépite des Nets n’est tout simplement pas vaccinée, au contraire d’environ 96% des joueurs de NBA qui le sont, selon de multiples sources. Le taux de vaccination des joueurs de la plus prestigieuse ligue de basket dépasse largement celui de la population américaine, qui se situe davantage entre 64% et 68% selon la tranche d’âge. La star de Brooklyn est-elle antivax? Le média The Athletic estime que non. Il évoque de multiples sources proches du joueur. «Irving n’est pas antivax, mais il est énervé que des personnes perdent leur emploi à cause de l’obligation de vaccination», cite encore le média.

Incompatible avec la NBA

La NBA n’oblige pas ses joueurs à se faire vacciner, mais elle les incite largement à le faire. Dans son protocole dévoilé au mois de septembre 2021, la ligue a posé des limites très claires. Les non-vaccinés seront testés bien plus souvent que leurs collègues ayant accepté la piqûre. Ils ne seront pas autorisés à manger à la même table et doivent conserver leurs masques et leurs distances avec les autres personnes lors des rencontres. Ils doivent également limiter leurs visites dans des lieux à risque, ainsi que rester à l’hôtel sur la route.

Ces incitations permettent aux joueurs vaccinés de vivre leur vie comme à l’accoutumée. Des joueurs comme Lebron James ont pris la parole sur le sujet. «Je sais que j’étais très sceptique à propos de tout ça, mais après avoir fait mes recherches, je sens que c’était ce qu’il y avait de mieux non seulement pour moi, mais aussi pour ma famille et mes amis.»

La NBA s’appuie surtout sur les données de plusieurs entités. Autant le Centre pour le contrôle des maladies, (l’Association médicale américaine) que la Food and Drug Administration (la FDA) estiment que le vaccin est sûr et protège des maladies graves ou des morts liées au Covid-19.

Irving n’a lui pas sauté le pas. Le directeur général des Brooklyn Nets Sean Marks veut des joueurs qui sont présents à 100%. «Nous ne cherchons pas des partenaires qui seront là la moitié du temps.» Il fait référence à des rumeurs qui circulaient en Amérique du Nord. Certains ont estimé que si Irving ne pouvait pas jouer à domicile en raison des restrictions de la ville de New York, il pouvait tout de même disputer des parties en déplacement.

L’idée est désormais balayée, et le joueur risque de connaître une saison blanche, lui qui devait gagner environ 35 millions de dollars cette année selon la NBA. The Athletic estime qu’il perdra en tout cas 16 millions. Surtout, il risque de voir s’envoler sa prolongation de contrat, estimée à 186 millions. «Ce n’est pas une question d’argent. Ce n’est pas toujours une question d’argent», assène le joueur. Il dit soutenir ceux qui ont perdu leur emploi pour ne pas avoir respecté la vaccination obligatoire. Il salue également ceux qui ont choisi de se faire vacciner et d’être en sécurité. «Je suis des deux côtés de tout ça», a-t-il insisté.

Chacun son choix – y compris d’évincer

Savoir que faire de ses joueurs non-vaccinés reste compliqué. Si Sean Marks présente le discours usuel des choix libres, il fait également valoir son droit de ne pas le conserver dans l’équipe. «Kyrie a fait un choix personnel, et nous respectons son droit individuel de choisir. Actuellement, ce choix restreint sa capacité à être un membre de l’équipe à temps plein, et nous ne permettons à aucun joueur de ne participer qu’à mi-temps», explique-t-il en appuyant sur la cohésion de groupe et les automatismes qui se construisent.

À titre de comparaison, la NHL est partie dans la même direction. Plus de 99% des joueurs de la plus connue des ligues de hockey sur glace sont vaccinés. Les protocoles de sécurités mis en place devraient permettre à la saison de se dérouler sans accrocs, et sans changements de dates à tout va pour cause de quarantaines.

Votre opinion