Canton de Genève: L'absentéisme plombe la prison de Champ-Dollon
Publié

Canton de GenèveL'absentéisme plombe la prison de Champ-Dollon

Un grand nombre de gardiens se fait porter pâle depuis l'introduction d'une réforme en mars 2017. L'incompréhension est totale avec le Département de la sécurité.

par
Pascal Schmuck
L'absentéisme fait des ravages dans la prison genevoise de Champ-Dollon.

L'absentéisme fait des ravages dans la prison genevoise de Champ-Dollon.

Keystone

La prison genevoise de Champ-Dollon vit actuellement un paradoxe. Le nombre de ses détenus a été réduit d'un tiers mais l'absentéisme des gardiens explose, comme l'a découvert la RTS.

Le taux est passé de 8,7% en 2014, au plus fort de la surpopulation carcérale, à 13% actuellement, avec un pic à plus de 17% en novembre. Sont évoqués l'épuisement professionnel (burn-out) ou l'augmentation des maladies.

Les chiffres se sont envolés depuis l'introduction en mars 2017 du nouveau règlement sur l’organisation des établissements et le changement de statut du personnel pénitentiaire.

Déconnectée des réalités

Nicolas Allaz, représentant syndical des agents de détention, critique une réforme déconnectée des besoins du terrain. «On parle de projets formatifs, de réinsertion, de plein de modes de fonctionnement qui sont sans doute très intéressants mais qui demandent des moyens énormes. Et la grande absente de cette équation, c'est la bulle sécuritaire que l'on veut mettre autour.»

Le départ en mai 2017 du directeur, Constantin Franziskakis, peu après l'introduction de la réforme, a encore davantage tendu la situation. Les gardiens s'étaient alors mobilisés massivement en soutien à leur chef, s'attirant les foudres du Département de la sécurité dirigé par Pierre Maudet.

Une «méthode» peu appréciée

Les employés de Champ-Dollon dénoncent ce qu'ils appellent la «méthode Maudet», estimant ne pas être entendus. «On se retrouve sous la politique du coup de bâton», souligne Nicolas Allaz.

Contacté par la RTS, l’Office genevois de la détention n'a pas encore pris position. Un rapport parlementaire sur les tensions en milieu carcéral est attendu, mais sa publication a été reportée après les élections cantonales.

Votre opinion