Football: L'AC Milan a perdu plus de 160 millions
Publié

FootballL'AC Milan a perdu plus de 160 millions

Le club de la capitale lombarde a réalisé les pires pertes de son histoire en 2018.

par
Afp
L'ambiance n'est pas au beau fixe à Milan.

L'ambiance n'est pas au beau fixe à Milan.

AFP

Le club de football italien de l'AC Milan, qui a longtemps appartenu au magnat des médias et télécommunications Silvio Berlusconi, a enregistré une perte record de 145,9 millions d'euros (161 millions de francs) en 2018, selon le bilan approuvé lundi lors de l'assemblée du club.

Ces pertes, supérieures d'environ 22 millions de francs à la saison précédente, seront couvertes par l'actionnaire majoritaire, le fonds américain Elliott. Celui-ci a pris le contrôle de l'AC Milan à l'été 2018, en raison des difficultés de l'homme d'affaires chinois Yonghong Li.

Au total, le club rossonero a cumulé près d'un demi-milliard d'euros de pertes sur les six dernières saisons et été exclu cet été de la Ligue Europa pour violation des règles du fair-play financier.

Pour relancer le club, ses dirigeants militent avec l'Inter Milan pour la construction d'un nouveau stade dans la métropole du nord de l'Italie.

Si la municipalité donne son feu vert, ceci permettra aux deux équipes de «disposer d'un stade de propriété, moderne, qui pourrait faire augmenter les revenus de manière substantielle», a expliqué son président, Paolo Scaroni, ancien patron du groupe d'hydrocarbures Eni.

Pas assez de revenus

«Tous les principaux clubs européens ont des revenus de stade supérieurs à 100 millions d'euros (110 millions de francs), pour l'AC Milan et l'Inter ils se montent à environ 34 millions (37 millions de francs). Cette différence risque d'être la raison pour laquelle les deux clubs ne réalisent pas la performance qu'ils devraient en Europe», a-t-il encore dit.

Mais si ce projet ne devait pas voir le jour, «il y a un plan B, toujours avec l'Inter», a précisé M. Scaroni.

Concernant l'arrivée de nouveaux sponsors, le président du club a indiqué que «des négociations étaient en cours»: «mais si nous perdons les matches, ce sera plus difficile».

«De la part d'Elliott, il y a une vision claire et audacieuse, c'est-à-dire ramener Milan en première ligne du football italien et mondial, sans mettre 10 ou 15 ans», a affirmé pour sa part, le directeur général du club, Ivan Gazidis.

Outre le nouveau stade, le club entend «investir dans de jeunes footballeurs pour en faire des joueurs de premier niveau», a-t-il noté.

Milan vit un début de saison de nouveau très difficile et a déjà actionné le levier du changement d'entraîneur: Stefano Pioli a remplacé Marco Giampaolo après moins de deux mois de compétition.

Mais le remède n'a pas fait effet, avec un seul point pris en deux matches depuis l'arrivée de Pioli. Encore battu dimanche par l'AS Rome (2-1), le club lombard n'est que 12e du classement, à sept points de la 4e place, la dernière à offrir une place en Ligue des champions.

Votre opinion