Publié

QuébecL'accident de Lac-Mégantic aurait fait 50 morts

La police canadienne a entamé son enquête après l'explosion d'un train transportant du pétrole brut samedi à Lac-Mégantic, où 200 enquêteurs ont été déployés.

1 / 24
L'entreprise pétrolière canadienne Irving Oil a été condamnée jeudi à payer 3,1 millions de francs après la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic, au Québec, en 2013. Celle-ci avait fait 47 morts.(Jeudi 26 octobre 2017)

L'entreprise pétrolière canadienne Irving Oil a été condamnée jeudi à payer 3,1 millions de francs après la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic, au Québec, en 2013. Celle-ci avait fait 47 morts.(Jeudi 26 octobre 2017)

Keystone
Lac-Mégantic (9 juillet 2013)

Lac-Mégantic (9 juillet 2013)

Keystone
Lac-Mégantic (9 juillet 2013)

Lac-Mégantic (9 juillet 2013)

Keystone

Les secours ont retrouvé 20 corps, mais 30 personnes sont encore portées disparues et il n'y a aucun espoir de les retrouver vivantes.

Le président de la compagnie Montreal, Maine & Atlantic (MMA), à qui appartient le train à l'origine de la catastrophe, a déclaré mercredi que l'accident pourrait être dû à une erreur de manipulation des freins de la part du chef de train.

Freins à main en question

«On peut sérieusement mettre en doute le fait que les freins à main aient été enclenchés correctement sur ce train. D'ailleurs, je dirais qu'ils ne l'ont pas été, ou nous n'aurions pas eu cet accident», a déclaré Edward Burkhardt lors d'une conférence de presse dans la petite ville. Elle a été souvent interrompue par des habitants en colère.

L'hypothèse d'une erreur de manipulation des freins du train a été avancée, mais les enquêteurs n'ont pas pu vérifier pour le moment si suffisamment de freins avaient été enclenchés, faute d'avoir eu accès à la zone la plus sinistrée.

L'agence de régulation des transports canadiens a souligné de son côté qu'il était inhabituel qu'un convoi soit abandonné par son conducteur sur une voie principale, ajoutant qu'elle voulait savoir si les procédures de sécurité avaient bien été respectées.

Fuite de pression

Les responsables de la compagnie MMA avaient indiqué auparavant que les freins pneumatiques n'avaient pas fonctionné après l'intervention des pompiers, appelés le soir même pour éteindre un feu qui s'était déclaré sur le moteur de l'une des cinq locomotives du convoi.

Les pompiers avaient coupé ce moteur qui alimentait en électricité les freins pneumatiques du train, et la pression avait ensuite commencé peu à peu «à fuir» rendant les freins inopérants et entraînant la mise en mouvement du convoi de 72 wagons dans la pente.

Selon l'inspecteur Michel Forget, les forces de l'ordre excluent d'ores et déjà qu'un acte terroriste soit à l'origine du déraillement du train. «La négligence est une des pistes que nous allons étudier», a-t-il ajouté. «Nous ne pensons pas que le terrorisme ait quelque chose à voir avec cela.»

Les enquêteurs vont également se pencher sur la solidité des wagons-citernes qui ont explosé après le déraillement du train. Ils vont vérifier si les procédures de sécurité avaient bien été appliquées lorsque le convoi a été mis à l'arrêt à Nantes, à 12 km de Lac-Mégantic, d'où il a entamé sa course folle.

Plus de 2000 évacuations

Plus de 2000 habitants de Lac-Mégantic ont été évacués après la catastrophe. Seule environ la moitié d'entre eux ont été autorisés à rentrer chez eux, une partie du périmètre de sécurité étant encore jugé trop dangereux.

(ats)

Votre opinion