08.03.2016 à 20:41

TessinL'accord frontalier suscite toujours des tensions

L'application du texte adopté en décembre dernier par la Suisse et l'Italie nécessite des concessions, que le Tessin peine à faire.

Ueli Maurer, à son arrivée mardi au Tessin, où il se rendait pour la première fois en sa qualité de ministre des Finances.

Ueli Maurer, à son arrivée mardi au Tessin, où il se rendait pour la première fois en sa qualité de ministre des Finances.

Keystone

L'accord italo-suisse sur les frontaliers continue de peser sur les relations entre le Tessin et Berne. Une rencontre mardi entre Ueli Maurer et le gouvernement tessinois s'est voulue conciliante, mais aucune concession n'a été faite de part et d'autre.

Le conseiller fédéral s'est rendu au Tessin pour la première fois dans sa fonction de ministre des Finances. Il était accompagné par le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales, Jacques de Watteville.

Au centre des discussions à Lugano, les dossiers en suspens entre la Suisse et l'Italie dont, surtout, l'accord sur les frontaliers. Des délégations des deux pays avaient paraphé le texte en décembre 2015, mais l'accord n'est de loin pas près d'être appliqué. Parlement et gouvernement des deux pays doivent le ratifier. Ce processus pourrait prendre encore une année et demie, selon Ueli Maurer.

Points à retravailler

Deux sujets suscitent l'irritation côté italien, a expliqué le conseiller fédéral: il s'agit des extraits des casiers judiciaires exigés par le Tessin pour les candidats au permis de séjour, auxquels le Canton renonce temporairement seulement, et le taux d'imposition des frontaliers, revu à la hausse.

Sur ce point, le Tessin devra faire des concessions. a poursuivi Ueli Maurer. Mais le chef du Département fédéral des finances s'est montré confiant: les «températures frigorifiques» qui ont marqué pendant des années les relations avec l'Italie appartiennent au passé.

Scepticisme au Tessin

Les Tessinois se sont montrés plus sceptiques: «Il faudra d'autres voies afin de trouver une «compensation» pour le Tessin», a dit le président du Conseil d'Etat, Norman Gobbi (UDC), après la rencontre.

Le résultat actuel des pourparlers n'est pas satisfaisant pour le canton. Le but initial était, entre autres, de garder 100% de l'impôt à la source au Tessin, a ajouté Norman Gobbi,

Ueli Maurer a également abordé le thème des flux migratoires et ses possibles conséquences pour la Suisse. Si la situation devait dégénérer à la frontière sud, à la suite d'un blocage de la route des Balkans, le Conseil fédéral examinera un soutien par l'armée du corps des gardes-frontière.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!