Publié

IndeL'accusé du viol collectif à Delhi autopsié

Une autopsie de l'instigateur présumé du viol collectif d'une étudiante à New Delhi a été pratiquée mardi, au lendemain de la découverte de son corps dans une cellule d'une prison de haute sécurité.

Devant la prison de Tihar, à New Dehli.

Devant la prison de Tihar, à New Dehli.

AFP

Selon les autorités pénitentiaires, ce détenu de 34 ans, Ram Singh, s'est pendu avec une corde fabriquée avec ses vêtements noués les uns aux autres. Mais sa famille et son avocat ont brandi l'hypothèse d'un meurtre.

Des responsables de la prison Tihar, dans le nord de New Delhi, ont dans un premier temps indiqué que Ram Singh était dans une cellule d'isolement mais sa famille a assuré qu'il partageait la cellule avec plusieurs codétenus.

Après avoir vu le corps de son fils, son père, Mange Lal Singh, a dit mardi avoir découvert de "multiples blessures" dont des marques à la poitrine, au visage ainsi qu'un oeil abîmé.

"Mon fils a été assassiné par trois détenus dans sa cellule", a hurlé le père devant l'hôpital public AIIMS de Delhi, où a eu lieu l'autopsie, avant d'être repoussé par des policiers.

Le rapport d'autopsie, réalisée mardi matin selon des sources médicales, devait être présenté dans la journée au juge d'un tribunal où Ram Singh était en cours de jugement pour enlèvement, viol et meurtre, des charges passibles de la peine de mort.

Enquête sur les circonstances de la mort

Le gouvernement a ordonné une enquête sur les circonstances de la mort du détenu et le ministre de l'Intérieur, Sushilkumar Shinde a qualifié son décès d'"erreur majeure".

Singh était soupçonné par la police d'être le meneur du groupe accusé du viol collectif, une agression qui a bouleveré le pays et a eu un écho international.

Il était le conducteur de l'autobus dans laquelle l'étudiante de 23 ans était montée, avec son compagnon, après une séance au cinéma le soir du 16 décembre. Ram Singh et des amis, après avoir beaucoup bu, avaient emprunté le véhicule pour une virée nocturne dans New Delhi.

Le groupe avait passé à tabac le compagnon, puis violé, battu et torturé la jeune femme avec une barre de fer, avant de jeter le couple sur le trottoir. Transférée dans un hôpital de Singapour après plusieurs opérations chirurgicales en Inde, l'étudiante avait succombé le 29 décembre.

(AFP)

Ton opinion