Lausanne: L'action «Coeur à coeur» a rapporté 1,2 million

Publié

LausanneL'action «Coeur à coeur» a rapporté 1,2 million

Pendant une semaine, la RTS a tenu un direct en faveur des personnes dans la précarité en Suisse. Les dons ont afflué.

Les trois animateurs qui se sont relayés sans relâche depuis samedi dernier dans un studio installé sur la place Centrale à Lausanne: Jonas Schneiter, Pauline Seiterle et Philippe Robin (de g. à dr.).

Les trois animateurs qui se sont relayés sans relâche depuis samedi dernier dans un studio installé sur la place Centrale à Lausanne: Jonas Schneiter, Pauline Seiterle et Philippe Robin (de g. à dr.).

Keystone

Lancée samedi dernier, l'opération «Coeur à Coeur» de la RTS s'est achevée vendredi soir à Lausanne. Un chèque de 1'230'276 francs a été remis à la Chaîne du Bonheur, après 147 heures d'antenne contre la précarité.

A 20h, la tenniswoman Timea Bascinszky a «libéré» les trois animateurs de la Radio Télévision Suisse (RTS) enfermés depuis six jours dans un studio de verre qui avait été installé à la place Centrale à Lausanne, a communiqué la Radio Télévision Suisse (RTS). Toutes les quatre heures, Pauline Seiterle, Jonas Schneiter et Philippe Robin s'y sont relayés pour inciter le public à s'engager contre la précarité. L'émission était diffusée en direct sur Option Musique, 24 heures sur 24.

L'opération, organisée avec la Chaîne du Bonheur, permettait de faire un geste soit sur place, soit en ligne, soit par téléphone. Plus de 6000 titres musicaux ont ainsi été dédicacés via un don, même si tous n'ont pas pu être diffusés, faute de temps. Durant l'action, le trio d'animateurs a également reçu 135 personnalités solidaires de l'opération.

Emotion au rendez-vous

Parmi les moments forts, Philippe Robin a évoqué plusieurs témoignages extraordinaires. Dont celui, très émouvant, d'un chauffeur de camion au chômage, jeudi soir, qui a fait un petit don. L'équipe était en pleurs après l'avoir entendu, a-t-il raconté à l'ats.

Le plus dur dans ce cube de verre? Dormir sur la place Centrale. «Une horreur», confie-t-il. La ville, la circulation, le studio de radio juste en dessous des chambres, la scène et la boîte de nuit voisines: impossible de dormir plus de trois heures.

Standard non stop

«Il y avait le côté spectaculaire, pour sensibiliser, mais aussi les visages de la précarité qui sont passés à l'antenne», relève pour sa part l'animateur Jean-Marc Richard, qui a remis le chèque à la Chaîne du Bonheur. «Cette opération a permis de libérer la parole, de réhabiliter ceux qui souffrent», a-t-il constaté.

«Le standard a sonné toute la semaine, non-stop. La dernière fois que nous avons reçu autant d'appels, c'était pour le tsunami, mais sur un jour», s'est-il remémoré.

Mobilisation populaire

Cité dans le communiqué, Jonas Schneiter, s'est dit lui aussi «impressionné par l'ampleur de la mobilisation populaire. Avec le bouche-à-oreille, on doit facilement être à une centaine de milliers de personnes qui se sont mobilisées et/ou qui ont témoigné».

L'animateur raconte aussi son moment le plus difficile: ne plus retrouver Didier, un chat chartreux d'appartement venu de la SPA et qui a accompagné le trio durant l'opération. A son grand soulagement, le chat qui s'est d'ailleurs fort bien adapté à sa vie en studio a réapparu au bout de trente minutes. La SPA a d'ailleurs reçu 54 dossiers de demande d'adoption et les étudiera tous, précise la RTS.

Les dons sont essentiellement venus de la population, de quelques communes et de PME, a détaillé Sophie Balbo, porte-parole de la Chaîne du Bonheur. Le montant total sera versé sous forme de coup de pouce aux personnes qui vivent dans la précarité en Suisse, qui n'arrivent pas à régler une facture imprévue, ainsi qu'à des associations suisses qui travaillent avec des jeunes en rupture.

Elan citoyen

Coeur à Coeur a été conçu pour susciter un grand élan citoyen et lutter contre la précarité en Suisse, dont les chiffres sont alarmants. Aujourd'hui, un million de personnes vivent en situation précaire, rappelle la RTS. Une personne sur quinze vit en dessous du seuil de pauvreté et une sur huit risque de devoir y faire face à la moindre dépense imprévue.

La RTS a consacré 400'000 francs à cette action à laquelle 150 personnes ont participé. L'opération s'inspire d'expériences menées aux Pays-Bas puis en Belgique. La Suisse alémanique y participe depuis 2009.

(ats)

Ton opinion