Publié

FootballNicolas Gétaz: l'adieu du bon camarade

Le défenseur a résilié son contrat avec le Lausanne-Sport d’un accord commun. Un départ à son image: discret et loyal.

par
Florian Vaney
Nicolas Gétaz tire sa révérence au LS après 152 apparitions en bleu et blanc.

Nicolas Gétaz tire sa révérence au LS après 152 apparitions en bleu et blanc.

Freshfocus

Lui a fait un pas en direction du club; le club a fait un pas en sa direction. C'est en tout cas ainsi que Nicolas Gétaz résume la fin de l'histoire.

Cette version nous plaît bien, parce qu'elle dit tout du personnage, de sa relation avec «son» club. Les Bleu et Blanc ont permis au joueur de se voir à un niveau auquel il n'aurait vraisemblablement pas pu aspirer ailleurs. Lui a toujours œuvré avec une loyauté sans faille pour rendre au bilan final au moins autant qu'il a reçu.

On a bien essayé de lui arracher un mot de travers: impossible. Parce que le latéral s'en sort bien dans l'affaire? Peut-être, mais le contraire n'y aurait probablement rien changé. Quand bien même Nicolas Gétaz a été écarté du groupe au mois d'octobre et n'a plus pu s'entraîner avec, l'homme s'en va sans faire de vagues, presque sur la pointe des pieds. «C'est la vie, c'est le football», lâche-t-il sans un soupir.

Un attachement réciproque

C'est cette personnalité que les supporters vaudois ont tant appréciée. Ces cinq dernières années, et celles d'avant, aussi, en Challenge League et en Europe au début de la dernière décennie. Rarement l'élément le plus en vue sur le terrain, encore plus rarement celui qui coûtait des points. Il était le bon camarade, le bon soldat. Lorsque Lausanne l'a propulsé au rang de titulaire en puissance, il faisait son job. Lorsqu'on lui a indiqué le banc, il n'a pas changé. Avec Nicolas Gétaz, on savait toujours à quoi s'attendre.

Si bien que dès que les affaires se compliquaient pour le LS, la rengaine des suiveurs vaudois revenait à chaque fois: «Ça irait quand même mieux avec Gétaz, non?» Pas moins bien, en tout cas. «J'ai toujours eu l'habitude de rester après les matches. Ma famille m'attendait à la sortie du vestiaire et on allait boire un verre. Alors des supporters qui refaisaient le match, j'en ai croisés. Et ça a toujours été un plaisir de partager avec eux», glisse-t-il pour expliquer sa popularité. L'attachement était réciproque.

La «bande de potes» de 2015

Si Lausanne était venu le rechercher en 2015, c'était pour monter son projet «vaudois», basé sur un socle d'anciens du Team Vaud. Les temps ont changé. L'originaire d'Essertines-sur-Rolle n'est plus si jeune (29 ans), le projet porte un nom différent et la rupture était inévitable, sinon logique. L'aventure aurait pu durer six mois de plus, mais elle n'avait de toute façon plus le même goût, alors à quoi bon?

«2015, je crois que c'est la plus belle période. Une bande de potes pareille sur le terrain, c'est du quasi jamais vu», apprécie-t-il au moment de tourner la page... même s'il a bien l'intention de remettre les pieds à la Tuilière. Cela dépendra aussi de la forme que prendra son avenir.

Des supporters qui refaisaient le match, j’en ai croisés. Ça a toujours été un plaisir de partager avec eux.»

Nicolas Gétaz

En Suisse? Ailleurs? «Où un projet intéressant voudra de moi», répond le défenseur arrivé au LS en M16. Et si ces six derniers mois sans jouer le prétéritaient? «En fait, je suis presque plus en forme que si j'avais dû enchaîner les matches tous les trois jours comme les autres. Le club a continué de nous mettre un préparateur physique à disposition, avec qui on a pu travailler sur la continuité.» On, c'est lui, en plus des autres «indésirables» du LS que sont Simone Rapp et Anthony Koura.

Eux grinceront peut-être des dents plus bruyamment quand tout sera terminé. Nicolas Gétaz, lui, s'en va comme il a été: fidèle à deux couleurs.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
9 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Marc Roger

11.01.2021 à 10:07

Une grosse rape! Même pa le niveau se la ligue B!

Gilbert Lemaigre

10.01.2021 à 12:51

C'est drôle d'apprendre l'existence de ce joueur le jour de son départ !

QuelIdee

10.01.2021 à 12:27

Ca doit faire mal à la jambe une telle extension. Et pourtant, il y tient. La raison ? Dieu sait ...