17.08.2018 à 11:34

JusticeL'affaire Morandini est relancée

L’enquête où l’animateur était accusé de harcèlement sexuel avait été classée sans suite. Elle est finalement relancée depuis début août.

par
FDA
Cinq jeunes acteurs avaient alors porté plainte contre Jean-Marc Morandini à l’été 2016. Mais début 2017

Cinq jeunes acteurs avaient alors porté plainte contre Jean-Marc Morandini à l’été 2016. Mais début 2017

Jean-Marc Morandini n’en a pas fini avec la justice. C’est ce que rapporte «Le Parisien», le jeudi 16 août. Le tribunal de grande instance de Paris a relancé l’enquête de harcèlement sexuel au début du mois d’août, alors qu’elle avait été classée sans suite en début 2017

Pour rappel, cette affaire porte sur les fameux castings que l’animateur de 52 ans avait fait passer pour sa websérie «Les Faucons», fin 2015. «Les Inrocks» révélaient six mois plus tard que des comédiens avaient dénoncé les conditions de cette fiction produite par Jean-Marc Morandini. Des scènes de nudité étaient demandées car la série parle d'une équipe de football et il y aurait de nombreuses scènes dans les vestiaires.

Mais selon plusieurs témoignages, une personne se présentant sous le nom de Catherine Leclerc et se disant responsable des auditions demandait avec insistance par mail d’envoyer des vidéos d’eux nus.

Cinq jeunes acteurs avaient alors porté plainte contre Jean-Marc Morandini à l’été 2016. Mais début 2017, l’enquête était classée sans suite, le parquet indiquant que les infractions étaient «insuffisamment caractérisées», même si Jean-Marc Morandini restait mis en examen pour «corruption de mineurs aggravée».

L'un des avocats des plaignants a donc déposé une nouvelle plainte, avec cette fois constitution de partie civile, afin qu'un juge d'instruction soit saisi. «Il y aura la confrontation entre M. Morandini et mes clients mais aussi des expertises informatiques à mener, notamment pour savoir qui se cachait derrière la fameuse Catherine Leclerc, la directrice de casting à l'identité usurpée. Ce point n'a jamais été vérifié», a réagi l'avocat auprès du Parisien.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!