Immigration: L'Allemagne accueille 17'000 réfugiés en deux jours

Actualisé

ImmigrationL'Allemagne accueille 17'000 réfugiés en deux jours

L'Allemagne accueillait dimanche un nombre record de migrants venus de Hongrie via l'Autriche, avec des chants, des vivres et des vêtements.

1 / 53
L'Allemagne s'attend à recevoir 10'000 réfugiés venus de Hongrie via l'Autriche ce dimanche, un niveau jamais atteint en une seule journée, après en avoir accueilli 7000 la veille. (6 septembre 2015)

L'Allemagne s'attend à recevoir 10'000 réfugiés venus de Hongrie via l'Autriche ce dimanche, un niveau jamais atteint en une seule journée, après en avoir accueilli 7000 la veille. (6 septembre 2015)

AFP
L'Allemagne s'attend à recevoir 10'000 réfugiés venus de Hongrie via l'Autriche ce dimanche, un niveau jamais atteint en une seule journée, après en avoir accueilli 7000 la veille. (6 septembre 2015)

L'Allemagne s'attend à recevoir 10'000 réfugiés venus de Hongrie via l'Autriche ce dimanche, un niveau jamais atteint en une seule journée, après en avoir accueilli 7000 la veille. (6 septembre 2015)

Keystone
L'Allemagne s'attend à recevoir 10'000 réfugiés venus de Hongrie via l'Autriche ce dimanche, un niveau jamais atteint en une seule journée, après en avoir accueilli 7000 la veille. (6 septembre 2015)

L'Allemagne s'attend à recevoir 10'000 réfugiés venus de Hongrie via l'Autriche ce dimanche, un niveau jamais atteint en une seule journée, après en avoir accueilli 7000 la veille. (6 septembre 2015)

Keystone

Alors que la crise migratoire met à rude épreuve la cohésion de l'Union européenne, Vienne a déjà prévenu que l'ouverture de ses frontières ne pouvait être que temporaire.

La police allemande prévoyait le chiffre record de 10'000 nouveaux arrivants pour la journée de dimanche, après en avoir recensé 7000 la veille. En fin d'après-midi, 14'000 personnes avaient déjà été enregistrées pour le week-end. Partout, ils ont été accueillis par des armées de volontaires avec des pancartes «Bienvenue en Allemagne».

Les réfugiés sont conduits dans des centres d'accueil où ils reçoivent des soins médicaux, des vivres et des vêtements propres. «Les gens nous traitent tellement bien ici, ils nous traitent comme des êtres humains, ce n'est pas comme en Syrie», a confié à Munich, les larmes aux yeux, Mohammad, un réfugié de 32 ans venu de la ville syrienne dévastée de Qousseir.

Les initiatives se multiplient

Les initiatives solidaires se multiplient à travers l'Europe. A Vienne, un convoi d'une cinquantaine de voitures particulières est parti à la mi-journée à la suite d'un appel sur les réseaux sociaux pour tenter d'acheminer des migrants depuis la Hongrie.

Un autre convoi de 140 véhicules transportant des vivres et de l'eau potable a quitté Vienne pour aller à la rencontre de migrants qui ont quitté Budapest à pied. Ceux-ci se dirigent vers l'Autriche, d'où ils espèrent gagner ensuite l'Allemagne.

Dans la gare de Keleti, à Budapest, les migrants ont pu embarquer librement à bord de trains à destination de Hegyeshalom, à la frontière autrichienne. Des volontaires ont apporté de la nourriture et des vêtements aux centaines de personnes qui attendent toujours dans la gare.

Le pape François a de son côté invité toutes les paroisses et les communautés religieuses d'Europe à accueillir une famille de réfugiés, un geste de solidarité qui débutera au Vatican.

«Pas une solution»

Alors que l'Europe, divisée, connaît une de ses pires crises migratoires depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Berlin a assoupli ses règles d'accueil pour les ressortissants syriens, renonçant à les renvoyer vers leur point d'entrée en Europe.

Et dans une décision sans précédent, l'Autriche a accepté dans la nuit de vendredi à samedi, en concertation avec Berlin, de faciliter l'accueil et le transit vers l'Allemagne de milliers de migrants. Ceux-ci étaient coincés en Hongrie, qui a vu affluer quelque 50'000 personnes pour le seul mois d'août.

Cette décision ne peut cependant être que «temporaire», a prévenu dimanche le chancelier Werner Faymann, soulignant qu'«une mesure de ce type ne peut pas être une solution».

Merkel critiquée dans son camp

Lors d'un entretien téléphonique samedi, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre hongrois Viktor Orban ont de même «convenu que tant la Hongrie que l'Allemagne devaient respecter leurs obligations européennes». Le flux observé ce week-end est exceptionnel, a précisé la chancellerie.

La dirigeante allemande fait face à des critiques de son propre camp: ses alliés conservateurs bavarois de la CSU ont jugé qu'elle avait pris une «mauvaise décision» en assouplissant les critères d'accueil. En revanche, le Parti social-démocrate (SPD), autre partenaire de la «grande coalition», l'a soutenue.

Lors d'une réunion dimanche soir, le gouvernement allemand devait prendre une série de mesures visant à faciliter la construction de centres d'accueil et à augmenter les subventions aux Länder et aux municipalités. Les procédures concernant les demandes d'asile devraient être simplifiées et accélérées.

Arrivées sur les îles grecques

En Méditerranée aussi, les arrivées par centaines en provenance des côtes turques proches se poursuivaient à un rythme soutenu sur les îles grecques d'Egée orientale. Quelque 650 personnes au total ont été secourues en mer samedi.

Un ferry a conduit dimanche 1744 migrants de Lesbos au Pirée, près d'Athènes. Un autre avec 2500 passagers était attendu dans la journée.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Junker, doit présenter mercredi au Parlement de Strasbourg un plan pour répartir 160'000 demandeurs d'asile dans les pays de l'Union sur la base de quotas nationaux. Les mesures seront ensuite examinées par les ministres de l'Intérieur de l'UE le 14 septembre.

(ats)

Ton opinion