Publié

CrimeL'Allemagne attaque ses Hell's Angels

Le gang de motards est dans le viseur de la justice depuis deux semaines. Un meurtre sordide est fortement suspecté.

1 / 12
En 2004, aux Pays-Bas, l'hommage à deux membres assassinés.

En 2004, aux Pays-Bas, l'hommage à deux membres assassinés.

AFP
Un Hell's Angels présente un tatouage sur les fesses de sa compagne.

Un Hell's Angels présente un tatouage sur les fesses de sa compagne.

AFP
Attaque à la grenade contre le quartier des Hells, Danemark, 1996.

Attaque à la grenade contre le quartier des Hells, Danemark, 1996.

AFP

La semaine dernière, la police a commencé à sonder le sol d'un entrepôt du nord du pays pour tenter d'y retrouver le corps d'un disparu, dont on redoute qu'il ait été tué par des Hell's Angels. La dépouille de Tekin Bicer, 47 ans, pourrait avoir été recouverte de ciment. On ignore les liens de la victime avec les gangs de motards.

Selon thelocal.de, ces recherches s'inscrivent dans le cadre d'une importante opération contre les «Hell's», qui a mobilisé 1200 agents dans divers repères des motards, pubs et maisons, jeudi 24 mai.

La ville de Kiel, à l'extérieur de laquelle se trouve l'entrepôt examiné, a été le point central des investigations, puisque 87 adresses ont été visitées par les forces de l'ordre, qui a confisqué de nombreuses armes, dont des fusils et des machettes.

Un chien tué

Parmi les personnes dont la maison a été investiguées la semaine dernière se trouve Frank Hanebuth, le patron des «Hell's» de Hanovre. Il a confié sa colère au Bild, dimanche, expliquant que les agents avaient tué son chien. Il a aussi dénoncé de sérieux dommages causés à sa propriété, avoisinant les 30'000 euros. Il n'aurait rien à se reprocher dans cette affaire, selon son récit.

A l'origine de toutes ces opérations se trouve la rivalité entre les gangs de motards, Hell's Angels et Bandidos, au niveau du business de la prostitution ou du deal de drogue. Un membre des Bandidos a encore été assassiné mardi.

Dernier épisode de la guerre anti-motards de l'Allemagne, un raid massif contre le «chapitre» (section locale, dans le jargon) des Hell's Angels de Berlin, mercredi. Ce dernier a dû être avancé à cause d'un «tuyautage» dont les bikers auraient bénéficié, de la part d'un membre de la police. L'organisation locale des «Hell's» avait été interdite la veille au parlement, alors que les «Bandidos» locaux ont eux-mêmes pris la décision de se dissoudre, selon «Der Spiegel».

Votre opinion