17.01.2012 à 16:12

Union européenneL'Allemand Martin Schulz élu président du Parlement européen

Le social-démocrate allemand a été élu pour un mandat de deux ans et demi. Il remplace le conservateur polonais Jerzy Buzek.

Originaire de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (nord de l'Allemagne), le social-démocrate Martin Schulz a été libraire et élu local jusqu'en 1994.

Originaire de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (nord de l'Allemagne), le social-démocrate Martin Schulz a été libraire et élu local jusqu'en 1994.

AFP

Martin Schulz a été élu mardi, comme attendu, président du Parlement européen Dans son discours, Martin Schulz a fustigé les «décisions prises à huis clos» par les chefs d'Etat.

Totalisant 387 des voix sur 670 suffrages exprimés, l'ancien chef de file du groupe socialiste a été élu avec le soutien des députés de la principale formation du Parlement, le PPE (Parti populaire européen).

Un accord avait été conclu entre les deux partis pour se partager le perchoir à mi-terme de la mandature d'une durée de cinq ans. Il a aussi bénéficié des voix des élus libéraux et d'une grande partie des Verts.

Candidats face à lui, les Britanniques Diana Wallis (ALDE, libéraux) et Nirj Deva (ECR, conservateurs eurosceptiques) ont recueilli respectivement 141 et 142 voix. Sept anciens présidents du Parlement européen étaient présents dans l'hémicycle pour assister à la victoire de Martin Schulz.

Cri d'alarme

Martin Schulz a inauguré sa présidence en lançant un cri d'alarme, eu égard à la situation économique et politique en Europe. «Pour la première fois depuis la création de l'Union européenne, l'échec de celle-ci apparaît comme un scénario réaliste», a-t-il dit dans son discours inaugural.

Dénonçant des décisions «prises à huis clos par les chefs de gouvernement», c'est-à-dire «sans contrôle démocratique», il a prôné le respect de la «méthode communautaire» qui implique la Commission et le Parlement européen.

«Que faut-il entendre par là concrètement ? Résoudre les conflits par le dialogue et la recherche du consensus», a-t-il affirmé. «Ce qui nous rapproche est plus important que ce qui nous divise», a-t- il assuré.

Nombreux soutiens

Les chefs des différents groupes politiques lui ont adressé leurs félicitations en l'encourageant dans cette voie.

«Vous venez de faire part Monsieur le président de votre détermination à défendre avec force l'intérêt général européen face à la diversité des intérêts nationaux. Mon groupe ne peut que vous soutenir pleinement dans cette action», a déclaré le président français du groupe conservateur Joseph Daul.

L'Allemande Rebecca Harms a espéré au nom des Verts que Martin Schulz garde face aux dirigeants européens tout le mordant dont il a fait preuve en tant que député. Parlant couramment le français et l'anglais, il s'est révélé un orateur pugnace et volontiers polémique.

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a aussi assuré M. Schulz de son soutien. «Il a raison d'avoir une vision ambitieuse du rôle du Parlement européen (...) Pour atteindre cet objectif, Martin Schulz et l'ensemble du Parlement européen peuvent compter sur le soutien de la Communauté européenne», a-t-il déclaré devant les eurodéputés.

Rompant avec ce consensus, le député britannique eurosceptique Nigel Farage a affirmé que «seule une République bananière ou un pays du Tiers Monde voudrait (de Martin Schulz) comme président».

Polémiste

Le caractère combatif de Martin Schulz lui a valu quelques accrochages avec ses pairs et même les foudres de Silvio Berlusconi. Le président du Conseil italien l'avait comparé à un «Kapo», un gardien de camp de concentration, suscitant un tollé parmi les eurodéputés qui avaient volé à la rescousse de leur collègue.

En bon social-démocrate allemand, Martin Schulz sait aussi faire preuve d'esprit de consensus. Il a qualifié de «succès», en 2008, la présidence de l'Union européenne de Nicolas Sarkozy, sans se priver par la suite de critiquer sévèrement le président français et le «directoire» formé par ce dernier avec la chancelière Angela Merkel pour diriger l'Europe.

Originaire de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans le nord de l'Allemagne, Martin Schulz a été libraire et élu local jusqu'en 1994, date de son entrée au Parlement européen où il présidait depuis 2004 le groupe socialiste, devenu Groupe des socialistes et des démocrates.

(ats/afp/Reuters)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!