12.02.2013 à 21:05

CYCLISMEL'AMA ne sanctionnera pas le laboratoire de Lausanne

L’Agence mondiale antidopage ne prendra aucune décision contre le laboratoire antidopage vaudois mis en cause dans l'affaire Armstrong.

John Fahey, président de l'Agence mondiale antidopage (AMA).

John Fahey, président de l'Agence mondiale antidopage (AMA).

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a écarté la possibilité de sanctionner le laboratoire antidopage de Lausanne, qui a essuyé plusieurs reproches dans l’affaire Lance Armstrong. Le laboratoire suisse n’a pas pour autant été dédouané de toutes les «spéculations».

Dans son rapport à charge sur Armstrong, l’Agence antidopage américaine (Usada) avait sous-entendu que le laboratoire suisse avait contribué à laisser passer un présumé contrôle positif de l’Américain lors du Tour de Suisse 2001, ce que son directeur Martial Saugy a toujours nié.

«Ces faits seront, je crois, toujours entourés d’un certain degré de spéculations. Alors je ne dis pas que M. Tygart (président de l’Usada) avait tort, je dis simplement qu’il n’y a rien là permettant à l’AMA d’agir parce que c’est relié à un évènement présumé remontant à une époque où nous n’avions pas la charge de l’accréditation des laboratoires», a expliqué John Fahey, président de l'AMA.

Le mois dernier, M. Tygart, était allé jusqu’à assurer dans une émission télévisée américaine que Martial Saugy lui avait confié avoir donné à Lance Armstrong «les clés pour contourner les tests de l’EPO», ce que le scientifique suisse a également réfuté.

«Clairement, nous avons certains droits vis-à-vis des laboratoires accrédités et du personnel de ces laboratoires», a fait valoir John Fahey.

Mais selon lui, les accusations de Travis Tygart se référant à une époque, où l’AMA n’avait pas encore la responsabilité d’accréditer les laboratoires antidopage comme elle l’a actuellement, la question ne se pose pas.

«Ce qu’il dit est-il exact? Je ne peux pas vraiment ajouter quelque chose. Il y a eu certainement beaucoup d’histoires de cette époque reliées à Lance Armstrong et aux diverses personnes qui avaient un rôle dans les échantillons qu’il a fournis», a souligné l’ancien ministre australien.

Le Laboratoire de Lausanne, prisé par le Comite international olympique (CIO) et plusieurs grandes fédérations sportives, est l’un des 35 laboratoires accrédités par l’AMA dans le monde.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!