Climat: L'Antarctique, frappé par une vague de chaleur, fond à vue d'œil

Actualisé

ClimatL'Antarctique, frappé par une vague de chaleur, fond à vue d'œil

Des images de la NASA montrent une incroyable fonte des glaces en neuf jours seulement suite à des températures record.

par
Michel Pralong
La photo de gauche a été prise le 4 février et celle de droite, le 13 février. On voit même que des lacs se sont formés (petites taches bleu ciel) suite à la fonte des neiges sur Eagle Island, la petite île en bas à gauche.

La photo de gauche a été prise le 4 février et celle de droite, le 13 février. On voit même que des lacs se sont formés (petites taches bleu ciel) suite à la fonte des neiges sur Eagle Island, la petite île en bas à gauche.

NASA

Une vague de chaleur a frappé l'Antarctique. Elle a débuté le 5 février et s'est poursuivie jusqu'au 13 février, entraînant la plus haute température jamais enregistrée sur le continent polaire: la base Esperanza, à la pointe de la péninsule antarctique, a mesuré 18,3°C le 6 février, soit la même température à cette date qu'à Los Angeles. Une température encore plus haute, 20,75 degrés avait été ensuite signalée le 9 février (voir article en lien), mais elle n'a pas été validée car n'apparaissant pas sur les relevés.

20% de la neige a fondu

Les conséquences de cette vague de chaleur sont extrêmement visibles si l'on compare deux photos prises par le satellite Landsat 8, la première le 4 février, la deuxième le 13 février et publiées par la NASA. On voit très nettement à quel point les calottes glaciaires ont fondu sur les îles situées à la pointe nord de l'Antarctique, soit celles qui sont les plus proches de la pointe de l'Amérique du Sud. Sur la petite Eagle Island, on distingue sur la photo du 13 février des taches bleu ciel: environ 1,5 km2 de manteau neigeux est saturé d'eau de fonte. Entre le 6 et le 11 février, la calotte glaciaire aurait diminué de 10,6 centimètres sur cette petite île, ce qui représente la fonte de 20% de la neige tombée cette saison.

«Je n'avais vu de fonte aussi rapide en Antarctique», a déclaré Mauri Pelto, un glaciologue du Nichols College (Massachusetts). «On peut voir de tels phénomènes en Alaska ou au Groenland, mais pas ici, habituellement.»

Voir le contenu

Cette carte montre les températures enregistrées à 2 mètres du sol dans la péninsule antarctique le 9 février, avec les zones les plus foncées dépassant les 10 degrés. Image NASA

Habituellement, selon la NASA, l'Antarctique est protégé des masses d'air chaud par une ceinture de forts vents qui entoure le continent. Mais ceux-ci étaient très faibles en février et, comme une crête de haute pression était centrée sur le Cap Horn, de l'air chaud a pu traverser l'océan austral. La température de l'eau dans la région était d'ailleurs plus chaude de 2 à 3 °C que la moyenne.

Troisième vague de chaleur

Cette vague de chaleur est la troisième qui touche l'Antarctique durant ce qui, on le rappelle, est l'été dans cet hémisphère. Une première avait eu lieu en novembre 2019 et un deuxième en janvier 2020.

Mais l'hémisphère nord a également connu l'un des hivers les plus doux de l'histoire. Ceci aussi en raison d'une ceinture des vents. Mais ceux-ci, autour de l'Arctique étaient, contrairement à ceux de l'Antarctique, très forts cette année, ce qui a eu pour conséquence de bloquer l'air froid au pôle nord, l'empêchant de déferler sur les terres plus au sud.

Michel Pralong

Ton opinion