Actualisé 01.08.2018 à 07:10

Bien-êtreL'Antigymnastique, l'anti-effort? On a testé pour vous

Aux antipodes des exercices classiques, l'antigymnastique consiste à se débarrasser des tensions musculaires accumulées tout au long de la vie, grâce à de petits mouvements précis.

par
Anne-Charlotte Müller

Libérer sa respiration par des mouvements oculaires, chasser les insomnies en bougeant la langue ou mettre en mouvement le petit orteil pour libérer sa hanche: tels sont les gestes pratiqués dans des séances d'Antigymnastique avec Valérie Dumauthioz, praticienne à Lausanne.

Avec cette méthode douce, pas question de suer, de s'essouffler ou de faire subir au corps une «domestication forcée» ou un «dressage systématique». Le concept, élaboré dans les années 1970 à Paris par la kinésithérapeute Thérèse Bertherat, consiste à délier toute la musculature en réalisant de petits exercices précis, rigoureux, en accord avec sa physiologie.

Orteils miraculeux

«Nos muscles sont liés comme des tuiles sur un toit, il est possible de gagner en mobilité par des mouvements spécifiques», détaille Valérie Dumauthioz. Ainsi, elle explique comment nos cinquièmes orteils, s'ils sont sans arrêt trop serrés dans nos chaussures, peuvent au fil du temps bloquer la hanche. En bougeant ce petit organe, nos hanches auront davantage de facilité à se mouvoir, selon la spécialiste.

Valérie Dumauthioz, 55 ans, graphiste de métier, a découvert l'Antigymnastique par hasard, alors qu'elle accompagnait sa fille dans une bourse au livre. Elle a eu un déclic lorsqu'elle est tombée sur l'ouvrage «Le corps a ses raisons», de Thérèse Bertherat. Ni une ni deux, elle a ouvert son cabinet en 2010 à Lausanne dans lequel elle reçoit près de 60 personnes par semaine.

anne-charlotte.mueller@lematin.ch

*Séances découvertes gratuites du 3 au 8 septembre à Lausanne

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!