Actualisé

EnergieL'approvisionnement en électricité est garanti jusqu'en 2025

La sécurité de l'approvisionnement est garantie jusqu'en 2025, selon la Commission fédérale de l'électricité (ElCom), l'autorité indépendante de surveillance dans ce domaine.

Les consommateurs suisses n'ont subi que 25 minutes de coupure de courant l'an dernier.

Les consommateurs suisses n'ont subi que 25 minutes de coupure de courant l'an dernier.

Keystone

Le parc de centrales suisses présente pour l'hiver 2015 une réserve de puissance d'environ 500 mégawatt (MW).

Mais l'érosion des prix, problématique pour les exploitants, et la sortie du nucléaire dès 2020 posent des défis de taille.

Il faudra en effet compter avec l'arrêt des centrales nucléaires de Mühleberg et de Beznau I et II. Sans l'apport de l'atome, ElCom prévoit la disparition d'un volume de production d«environ 25 TWh ainsi qu«une puissance d«environ 3300 MW, indique la commission dans son rapport publié jeudi.

En outre, les prix bas de l'électricité mettent actuellement sous forte pression les producteurs suisses. Les difficultés actuelles des centrales hydrauliques ont été évoquées lors de la conférence de presse qui s'est tenue à Berne.

«On ne peut que déplorer cette situation», a relevé le président de l'Elcom, Carlo Schmid-Sutter pour qui l'Allemagne ne fait qu'appliquer des subventions croisées. «C'est au politique d'empoigner ce problème», a-t-il ajouté.

Comme de nouvelles centrales à combustibles fossiles ne peuvent pas être exploitées de manière rentable et que la possibilité de réaliser des modèles de promotion à grande échelle est discutable, la dépendance vis-à-vis des importations devrait augmenter, prévoit la commission.

Dépendants des importations

Si les objectifs de la stratégie énergétique 2050 sont mis en oeuvre, la dépendance envers l'étranger pourrait quasiment doubler. Elle pourrait quadrupler dans le cas du scénario du pire où les objectifs ne seraient pas du tout atteints.

Le vice-président de l'ElCom, Antonio Taormina, a rappelé l'exemple de l'Italie dans les années 1980. Renonçant au nucléaire, la Péninsule a conclu des accords avec l'étranger pour compenser la production manquante. Elle s'est retrouvée avec l'électricité la plus chère d'Europe.

«Voulons-nous courir ce risque et l'imposer à notre économie», a-t-il demandé. Pour l'ElCom, cette question a une importance stratégique. Il s'agit de s'assurer un marché transfrontalier facilité, a souligné Carlo Schmid-Sutter. La capacité de transport est d'ores et déjà suffisante, a-t-il ajouté.

Bonne note

Pour ce qui est de la situation actuelle, la sécurité de l'approvisionnement est qualifiée de bonne. L'ElCom met notamment en avant la qualité des réseaux de distribution. La durée moyenne des coupures par consommateur final était de 25 minutes en 2013, atteignant son niveau le plus bas depuis quatre ans. Un résultat très bon en comparaison internationale.

En ce qui concerne les investissements, le maintien des réseaux de distribution est également considéré comme satisfaisant. Chaque année, 1,4 milliard de francs est investi dans l'amélioration du réseau. Quant aux importations nettes d«énergie au cours du semestre d'hiver, elles sont restées stables ces cinq dernières années, de l'ordre de 4 térawattheures (TWh).

Le parc de centrales suisses présente pour l'hiver 2015 une réserve de puissance d'environ 500 mégawatt (MW). La mise en service des deux centrales de pompage-turbinage Linth-Limmern (GL) et Nant de Drance (VS) va se répercuter de manière positive sur les réserves de puissance à compter de 2015, écrit l'ElCom.

Croissance du marché libre

Sur 2013, la commission constate que la tendance vers un marché libre s'est renforcée, selon le rapport annuel.

En 2014, le taux de consommateurs finaux disposant du droit de libre accès au réseau a doublé, passant de 13% à 27%. Cela correspond à environ 7500 consommateurs et à une consommation de 9 TWh, la consommation totale en Suisse représentant environ 53 TWh (sans les transports publics).

(ats)

Ton opinion