Glace: L'Arctique, grenier de la planète

Actualisé

GlaceL'Arctique, grenier de la planète

Le pôle Nord est devenu le lieu de stockage privilégié de l'humanité. Mais notre histoire, nos semences et nos données sont-elles vraiment à l'abri?

par
Fabien Feissli
Protégé par un traité international, l'archipel du Svalbard (N) est l'endroit idéal pour établir des bunkers de stockage.

Protégé par un traité international, l'archipel du Svalbard (N) est l'endroit idéal pour établir des bunkers de stockage.

Junge, Heiko/AP

Des graines, des données et des documents historiques. L'Arctique se transforme peu à peu en une gigantesque aire de stockage (lire encadrés). Dernier exemple en date, le petit village norvégien de Ballangen accueillera dès 2018 le plus grand data center du monde. Située au nord du pays, l'installation de 60 hectares viendra s'ajouter à celles de Google et de Facebook en Finlande et en Suède notamment. Mais il n'y a pas que nos données qui sont conservées à proximité du cercle arctique. Depuis 2008, l'archipel du Svalbard, à un peu plus de 1000 kilomètres du pôle Nord, abrite également la réserve mondiale de graines. Derrière son entrée futuriste, ce bunker enterré à 100 mètres sous une montagne protège plus de 900 000 espèces de semences différentes. En attendant que la réserve puisse bénéficier de sa propre structure, le bâtiment accueille également l'Arctic World Archive, une bibliothèque sécurisée qui ambitionne de préserver l'histoire de l'humanité.

«Depuis quelques années, l'Arctique devient de plus en plus un territoire de stockage. Mais c'est un phénomène qui est centré sur les pays scandinaves et l'Islande», analyse Mikaa Mered, professeur d'économie et de géopolitique des mondes polaires à l'Institut libre d'étude des relations internationales de Paris. Il rappelle également que cette région regorge de ressources naturelles, dont l'extraction s'est fortement accélérée depuis quinze ans. «L'Arctique est le grenier du monde», assure l'expert.

Un risque stratégique

Depuis plusieurs années, les pays scandinaves occupent constamment quatre des cinq premières places des études classant les meilleurs endroits pour établir un data center. Seule la Suisse réussit à s'immiscer dans ce top 5. Pour Mikaa Mered, il est logique que ces pays soient ainsi privilégiés. «Ils offrent une législation très avancée en matière de protection des données et une forte stabilité politique», indique-t-il. Il pointe également l'intérêt énergétique. «Les fermes de données produisent 2% des émissions mondiales de CO2, soit autant que l'aviation commerciale. Le refroidissement écologique des serveurs est donc un facteur important.»

Avec son énergie abondante, bon marché et quasi à 100% renouvelable, la Scandinavie est idéale pour les entreprises. Autre argument stratégique en faveur de l'Arctique: sa position. «Il n'y a que 36 millisecondes de temps de chargement entre New York et l'Islande. Quand on réfléchit de manière globale, l'Arctique, de par sa position centrale, est le meilleur endroit pour connecter l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie.»

Mais nos biens sont-ils vraiment en sécurité dans le cercle polaire? Au printemps dernier, la réserve mondiale de graines a été victime d'une inondation liée à une fonte plus rapide que prévu de la glace environnante. «Il y a eu beaucoup d'articles pointant le changement climatique. En réalité, il s'agit surtout d'une malfaçon dans la construction qui a occasionné une fuite», précise Mikaa Mered. Il reconnaît tout de même qu'une telle concentration de ressources au même endroit va poser un risque stratégique pour la région. «Il faut notamment protéger toutes ces données contre les risques d'attaques informatiques, mais aussi militaires», observe-t-il. Il souligne qu'en cas de conflit les data centers peuvent devenir des cibles pour l'ennemi.

Le spécialiste précise que la réserve mondiale de semences et la bibliothèque sécurisée de l'Arctic World Archive devraient être, elles, à l'abri de telles menaces. «L'archipel du Svalbard est protégé par un traité international interdisant toute activité militaire. C'est le seul que la Corée du Nord a signé», relève-t-il. Selon lui, c'est même la raison principale pour laquelle ces institutions ont été établies à cet endroit. «Avec la Lune et l'Antarctique, l'archipel du Svalbard est le seul endroit à être ainsi protégé.»

Un bunker à semences

Le plus grand data center du monde

La bilbio de la fin du monde

Ton opinion