19.06.2016 à 04:51

Copa AmericaL'Argentine en demi-finale

Avec son 4-1 samedi, dont un but de Messi, l'Argentine a douché les espoirs vénézuéliens.

Messi a assuré un but a son équipe lors de cette rencontre. (Image - 18 juin 2016)

Messi a assuré un but a son équipe lors de cette rencontre. (Image - 18 juin 2016)

Keystone

L'Argentine a mis fin à la belle épopée du Venezuela dans la Copa America 2016 et s'est qualifiée pour le dernier carré grâce à son net succès 4 à 1 avec un but de Lionel Messi, son 54e en sélection, samedi à Foxborough (Massachusetts).

En demi-finale, l'Argentine, en quête de son premier titre depuis 1993 après ses échecs en finale du Mondial-2014 et de la Copa America 2015, sera opposée dès mardi aux Etats-Unis, vainqueurs de l'Equateur (2-1) en quarts de finale jeudi.

Sa star Lionel Messi, pour sa première titularisation du tournoi, a été sans pitié avec la «Vinotinto»: il s'est notamment offert, avec son 54e but en sélection, un énième titre, celui de meilleur buteur de l'histoire de l'Albiceleste, partagé pour le moment avec Gabriel Batistuta.

«Je suis fier d'avoir mon nom aux côtés de celui de "Batigol" (le surnom de Batistuta, NDLR), mais le plus important pour moi est le résultat de ce soir», a souligné «la Pulga» (littéralement «la puce»).

Huit minutes

«J'ai l'impression que les gens pensent que c'est normal qu'on ait disputé deux finales de suite et ne se focalisent que sur les défaites. Disputer une nouvelle demi-finale d'un grand tournoi est quelque chose de grand», a-t-il insisté.

Il n'a fallu au quintuple Ballon d'Or, désormais barbu, que huit minutes pour trouver l'ouverture: sa relance dans la surface de réparation a surpris l'arrière-garde vénézuélienne, mais pas Gonzalo Higuain qui, intercalé entre deux défenseurs, trompait Daniel Hernandez d'une superbe demi-volée.

Messi, ménagé par Gerardo Martino en phase de poules en raison de douleurs au dos, de son éprouvante fin de saison avec le FC Barcelone et de sa comparution dans son procès pour fraude fiscale, aurait pu bénéficier d'un pénalty à la 21e minute sur un tacle rugueux dans la surface de réparation.

L'Argentine dominait outrageusement, mais Higuain butait sur Hernandez (22). Peu après, l'attaquant de Naples interceptait une mauvaise relance vénézuélienne et trompait facilement le gardien (28).

Rebellion vénézuélienne

A 2-0 après moins de trente minutes de jeu, tout semblait en place pour une déroute du Venezuela: Messi tentait sa chance sur un coup-franc de 28 m facilement stoppé par Hernandez.

Mais le Venezuela s'est rebellé et a fait passer un bien mauvais quart d'heure à l'Albiceleste: à la 35e minute, Arquimedes Figuera dépossédait Javier Mascherano du ballon à 25 m de son but et trouvait Salomon Rondon dont la frappe sèche a mis en difficulté Sergio Romero.

Le gardien de Manchester United a réussi une belle parade sur un centre vénézuélien détourné par l'un de ses défenseurs qui a bien failli le lober (39). Il était en revanche complètement battu sur une tête de Rondon, avant d'être sauvé par son poteau droit (40).

Pression

Sous pression, Romero provoquait un pénalty en plongeant dans les pieds de Josef Martínez (41), mais Luis Seijas tentait une Panenka, frappe en rupture, bien trop molle pour surprendre le portier argentin.

Dès le coup d'envoi de la seconde période, Higuain affolait la défense vénézuélienne, mais ratait son dernier geste. A l'heure de jeu, Messi concrétisait la domination argentine avec son quatrième but du tournoi, après son triplé en moins de trente minutes contre le Panama (5-0).

Rondon redonnait espoir de la tête au Venezuela (70), mais Erik Lamela ajoutait un quatrième but dès l'action suivante.

Le Chili fait violemment redescendre le Mexique sur terre

Le Chili a décroché son billet pour le dernier carré de la Copa America 2016 en humiliant le Mexique, candidat déclaré au titre, 7 à 0, avec quatre buts d'Eduardo Vargas, samedi à Santa Clara (Californie). Devant 80.000 spectateurs du Levi's Stadium tout acquis à sa cause, le Mexique est tombé de très haut face au tenant du titre, emmené par l'impressionnant trio offensif Arturo Vidal-Alexis Sanchez-Eduardo Vargas.

Sa série de 22 victoires consécutives sans défaite, la plus longue du football mondial jusqu'à samedi, a volé en éclats et n'a pas pesé lourd face au Chili, bien plus séduisant et tranchant que lors de la phase de poules.

La «Roja» a étouffé d'entrée son adversaire avec un pressing implacable qui a complétement éteint Javier Hernandez, alias «Chicharito», la star mexicaine.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!