Actualisé

SyrieL'armée syrienne est entrée dans Palmyre

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, les forces gouvernementales ont pénétré la cité antique tenue par l'EI.

1 / 150
Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

AFP
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Keystone
Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Keystone

Les forces gouvernementales syriennes sont entrées mercredi soir à Palmyre, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Cette ville du centre de la Syrie est contrôlée par les djihadistes de l'Etat islamique.

L'armée syrienne et ses alliés ont pénétré dans un quartier de l'ouest de l'ancienne ville antique, aujourd'hui baptisée Tadmor, à quelque 200 km au nord-est de Damas, précise l'OSDH.

Un média militaire dirigé par le mouvement chiite libanais Hezbollah, allié de Damas, avait annoncé dans la journée la prise par les forces gouvernementales de la citadelle de Palmyre ainsi que d'un complexe moderne situés au sud-ouest de la ville. Soutenues par des frappes aériennes russes, les forces loyalistes progressaient rapidement depuis plusieurs jours dans les faubourgs. L'armée syrienne a dit ainsi s'être emparée d'une zone baptisée le «triangle de Palmyre» à quelques kilomètres à l'ouest de la ville.

L'EI a diffusé sur la messagerie Telegram des photos montrant ses combattants tirant des roquettes en direction des forces de Damas.

Monuments détruits

Le gouvernement syrien a perdu le contrôle de Palmyre en décembre après l'avoir reprise des mains de l'EI en mars dernier.

L'EI avait conquis la ville et son site archéologique une première fois en 2015. Lors cette première occupation, les djihadistes ont détruit plusieurs monuments dont l'arche vieille de 1800 ans située près du temple de Bêl.

Depuis leur retour en décembre dernier, ils ont détruit l'un des plus célèbres monuments de ce site historique, le Tétrapyle, ainsi que la façade du théâtre romain.

Combats à Damas

Par ailleurs, sur le terrain, treize militaires syriens ont été tués ces dernières 24 heures lors de violents combats contre les rebelles dans des quartiers à la périphérie est de Damas, a affirmé mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Cela fait deux semaines que des combats ont lieu dans ce secteur.

Le régime cherche à séparer le quartier rebelle de Qaboun de ceux de Techrine et Barzé afin d'empêcher le transfert d'insurgés de l'un à l'autre. Des bombardements intensifs de l'armée visaient mercredi ces vergers ainsi que les secteurs de Qaboun et de Techrine.

Bombardements russes

L'aviation russe a d'autre part bombardé par erreur mardi des villages près d'Al Bab, dans le nord de la Syrie, où se trouvaient des groupes syriens alliés de la coalition contre l'EI, a indiqué mercredi le chef militaire de la coalition. Et les rebelles syriens, soutenus par Ankara, ont pris mercredi deux villages aux forces kurdes appuyées par Washington dans le nord de la Syrie, a-t-on appris auprès des insurgés et de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!