Burkina Faso: L'attaque à Ouagadougou a fait 29 morts

Actualisé

Burkina FasoL'attaque à Ouagadougou a fait 29 morts

Un nouveau bilan fait état de 29 morts et une trentaine de blessés.

1 / 36
Un hommage aux victimes de l'attentat qui a fait 30 morts et plus de 70 blessés, le 15 janvier 2016, a été rendu. (15 janvier 2017)

Un hommage aux victimes de l'attentat qui a fait 30 morts et plus de 70 blessés, le 15 janvier 2016, a été rendu. (15 janvier 2017)

Le Valais a rendu hommage vendredi à Georgie Lamon et à Jean-Noël Rey qui ont perdu la vie dans les attentats de Ouagadougou le 15 janvier. (29 janvier 2016)

Le Valais a rendu hommage vendredi à Georgie Lamon et à Jean-Noël Rey qui ont perdu la vie dans les attentats de Ouagadougou le 15 janvier. (29 janvier 2016)

Christian Levrat, president du parti PS, rend hommage aux deux victimes valaisannes, (29 janvier 2016)

Christian Levrat, president du parti PS, rend hommage aux deux victimes valaisannes, (29 janvier 2016)

Keystone

Vingt-neuf personnes ont été tuées et une trentaine blessées dans l'attaque d'un commando djihadiste, contre un hôtel et un restaurant de Ouagadougou fréquentés par les étrangers, a annoncé samedi le ministre de la Sécurité intérieure, donnant un nouveau bilan. Le précédent bilan des autorités burkinabè faisait état de 26 morts.

La plupart des tués sont des Blancs, a indiqué une source proche du parquet, selon laquelle au moins cinq Burkinabè figurent aussi parmi les victimes.

Trois ou quatre djihadistes ont péri dans l'assaut des forces de sécurité.

Deux ressortissants français ont été tués dans l'attaque djihadiste, qui a visé un hôtel et un restaurant de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a indiqué samedi à l'AFP un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Une Française a par ailleurs été blessée, a indiqué dans un communiqué le quai d'Orsay qui a fait état d'un bilan de «27 morts et d'environ 150 blessés». Les autorités burkinabé ont pour leur part évoqué un bilan provisoire d'au moins 26 morts.

Un deuil national de 72 heures sera observé dès dimanche a indiqué le ministre. L'attaque terroriste a visé un hôtel et un restaurant du centre de la capitale du Burkina Faso. Elle s'est déroulée de vendredi soir à samedi matin. Aucun détail n'a été donné sur les nationalités des victimes.

La confusion est de mise sur le nombre total d'agresseurs impliqués dans l'attaque. De même, des informations différentes circulent quant à la nationalité des victimes.

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a appelé le peuple au «courage» et à la «vigilance» après ces attaques djihadistes. De son côté, le président français François Hollande a dénoncé «l'odieuse et lâche attaque qui frappe Ouagadougou».

Libération de 126 otages

L'attaque contre l'hôtel Splendid et un café-restaurant voisin, deux établissements prisés des Occidentaux, a débuté vendredi soir. Les membres du commando ont d'abord mitraillé la terrasse du café-restaurant Cappuccino et incendié des voitures avant d'entrer dans le lobby de l'hôtel, situé de l'autre côté de la rue, où de violents échanges de tirs ont retenti.

L'opération a été revendiquée par le groupe Al-Mourabitoune, affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Le groupe Al-Mourabitoune est dirigé par le djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar qui avait déjà co-revendiqué il y a deux mois l'attaque contre l'hôtel Radisson de Bamako, au Mali voisin.

Accès piégé à l'explosif

Dans la nuit, les forces spéciales burkinabès, appuyées par les forces françaises et américaines, ont donné l'assaut contre le commando islamiste. Mais leur progression a été freinée, les djihadistes ayant piégé à l'explosif les accès aux étages supérieurs de l'hôtel Splendid.

Les forces de sécurité ont finalement pu libérer 126 personnes samedi matin. Peu après, le ministre de la Sécurité Simon Compaoré avait indiqué qu'il «y a au moins 23 morts de 18 nationalités».

Les forces de sécurité ont annoncé la mort de trois djihadistes, tués au Splendid. Un quatrième islamiste armé aurait été tué dans l'hôtel Yibi, situé à proximité, où il s'était retranché après l'assaut donné par les forces de sécurité contre le Splendid, a déclaré un officier de la gendarmerie du Burkina.

Un couple d'Australiens enlevés au Burkina Faso

Deux Australiens, un médecin et sa femme, ont été enlevés vendredi matin dans le nord du Burkina Faso, a annoncé samedi à l'AFP le ministère burkinabè de la Sécurité intérieure.

Tous deux se trouvent aux mains de jihadistes, a déclaré un responsable Ansar Dine à l'AFP.

(AFP)

Ton opinion