Turquie: L'attaque de la disco vise à «polariser la société»
Publié

TurquieL'attaque de la disco vise à «polariser la société»

Recep Tayyip Erdogan a donné mercredi son premier discours public depuis l'attentat qui a fait 39 morts à Istanbul.

1 / 32
Un Ouzbek est jugé à partir de lundi pour l'attentat sanglant dans une discothèque d'Istanbul la nuit du Nouvel An 2017. (Lundi 11 décembre 2017)

Un Ouzbek est jugé à partir de lundi pour l'attentat sanglant dans une discothèque d'Istanbul la nuit du Nouvel An 2017. (Lundi 11 décembre 2017)

Keystone
Des pans entiers du bâtiment ont été réduits à un tas décombres (Lundi 22 mai 2017).

Des pans entiers du bâtiment ont été réduits à un tas décombres (Lundi 22 mai 2017).

Keystone
Abdulkadir Masharipov a été écroué en Turquie. (Samedi 11 février 2017)

Abdulkadir Masharipov a été écroué en Turquie. (Samedi 11 février 2017)

Keystone

Pour le président turc, l'attentat du Nouvel An contre une discothèque d'Istanbul visait à «polariser» la société turque. L'attaque revendiquée par le groupe EI a fait 39 morts.

Son but est de «briser notre équilibre, de nous dresser les uns contre les autres», a prévenu le chef de l'Etat turc. Il s'est exprimé mercredi lors de son premier discours public depuis l'attentat. «Nous allons rester debout et garder notre sang-froid», a-t-il souligné.

«Ces attaques visent à faire passer nos émotions devant notre raison», a poursuivi M. Erdogan. «Même si cela nous fait souffrir, ce ne peut être une excuse pour nous rendre», a-t-il dit.

Assaillant toujours en fuite

Au moins 39 personnes ont été tuées et des dizaines blessées lorsqu'un homme a ouvert le feu dans une boîte de nuit d'Istanbul dans la nuit du Nouvel An. L'attaque a été revendiquée par le groupe Etat islamique (EI). L'assaillant, toujours en fuite, est activement recherché par les autorités qui ont effectué plusieurs arrestations.

L'attentat survient alors que l'armée turque tente, avec des rebelles syriens, de s'emparer de la ville d'Al-Bab, un bastion de l'EI dans le nord de la Syrie. La question d'Al-Bab «sera très bientôt réglée», a assuré le président turc dans son discours mercredi.

(ats)

Votre opinion