Terrorisme: L'attaque du Thalys était «ciblée et préméditée»
Actualisé

TerrorismeL'attaque du Thalys était «ciblée et préméditée»

Le tireur devrait être inculpé pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste.

1 / 25
Le djihadiste marocain a déclaré à un juge d'instruction français qu'il «comptait s'en prendre à des Américains» lorsqu'il a attaqué un train reliant Amsterdam à Paris, en août 2015. (15 décembre 216).

Le djihadiste marocain a déclaré à un juge d'instruction français qu'il «comptait s'en prendre à des Américains» lorsqu'il a attaqué un train reliant Amsterdam à Paris, en août 2015. (15 décembre 216).

Keystone
L'un des trois héros américains du Thalys, Spencer Stone, a été poignardé à plusieurs reprises à Sacramento (jeudi 8 octobre 2015).

L'un des trois héros américains du Thalys, Spencer Stone, a été poignardé à plusieurs reprises à Sacramento (jeudi 8 octobre 2015).

Keystone
Les trois Américains qui ont neutralisé le mois dernier un homme armé dans un train Thalys qui assurait la liaison entre Amsterdam et Paris ont été reçu à la Maison blanche (17 septembre 2015)

Les trois Américains qui ont neutralisé le mois dernier un homme armé dans un train Thalys qui assurait la liaison entre Amsterdam et Paris ont été reçu à la Maison blanche (17 septembre 2015)

AFP

L'attaque du train Thalys Amsterdam-Paris vendredi par le Marocain Ayoub El Khazzani apparaît «ciblée et préméditée», selon la justice française qui devait dans la soirée inculper le jeune djihadiste présumé pour des tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste.

Le jeune homme de 25 ans, qui a réglé en liquide au guichet les 149 euros de son billet Bruxelles-Paris en 1ère classe, avait refusé de prendre un train précédent, a précisé dans une déclaration le procureur de Paris François Molins. Une fois à bord, il a consulté une vidéo de prêches djihadistes sur son téléphone portable activé le matin même, technique connue pour éviter tout repérage.

Signalé pour islamisme radical par les services de renseignements d'Espagne, pays où il a vécu plusieurs années, El Khazzani avait été maîtrisé par des passagers alors qu'il sortait des toilettes armé d'un fusil d'assaut AKM (d'origine est-allemande) et de neuf chargeurs pleins - quelque 270 balles -, d'un pistolet Luger, d'un cutter et d'une bouteille de 50 cl d'essence.

Les dénégations du suspect jugées «fantaisistes»

Les investigations vont porter sur «la provenance des armes» en sa possession, «son parcours», «les complicités dont il a bénéficié et ses sources de financement», a expliqué le procureur, en indiquant avoir demandé son incarcération.

Le magistrat a balayé comme «fantaisistes» les dénégations du suspect, qui a affirmé avoir trouvé fortuitement les armes dans un parc de Bruxelles où il dormait avec d'autres SDF et avoir voulu rançonner les voyageurs du Thalys Amsterdam-Paris.

Le Marocain, qui était en garde à vue depuis vendredi soir dans les locaux de la police antiterroriste, avait été transféré en début d'après-midi au palais de justice de Paris, pieds nus, en tenue d'hôpital, les yeux masqués et menotté dans le dos. Lorsqu'il avait surgi des toilettes d'un wagon de 1ère classe du Thalys, il était torse nu.

Deux perquisitions à Bruxelles

La police belge a mené lundi soir deux perquisitions à Bruxelles, dans le quartier populaire de Molenbeek-Saint-Jean, pour tenter de déterminer les «lieux de séjour» d'Ayoub El Khazzani, selon le parquet fédéral.

Selon des médias belges, ces perquisitions ont été menées «chez la sœur du suspect ainsi que chez un ami à lui, où il aurait résidé plusieurs jours».

Arrivé en Espagne en 2007, vers 18 ans, et installé à Algesiras (sud) où vit son père, le suspect avait été signalé pour ses discours radicaux dans des mosquées et avait également été condamné à deux reprises en 2010 pour trafic de drogue.

Passage en Syrie

Début 2014, les services espagnols de renseignement signalent à leurs homologues français son intention de franchir la frontière. Un passage en France désormais attesté, puisque l'opérateur de téléphonie mobile Lycamobile a confirmé que le Marocain y avait bien travaillé de février à avril 2014, avant une rupture de contrat, car ses papiers «ne lui permettaient pas de travailler en France». Lui dit avoir alors séjourné sept mois en France, à Aubervilliers, dans la banlieue de Paris.

Un an plus tard, le 10 mai 2015, El Khazzani est repéré à Berlin d'où il s'envole pour la Turquie. Est-il ensuite allé en Syrie, où des zones sont contrôlées par l'organisation État islamique (EI). Il regagne en tout cas l'Europe via l'Albanie le 4 juin dernier, par un vol provenant d'Antakya, une ville turque proche de la frontière syrienne.

Il a raconté à son avocate s'être déplacé au cours des six derniers mois en Belgique, Allemagne, Autriche, France et en Andorre.

Un des soldats US honoré aux Etats-Unis

Si le projet meurtrier d'El Khazzani a échoué, «nous devons nous préparer à d'autres assauts et donc nous protéger», a mis en garde mardi François Hollande.

La veille, le chef de l'Etat avait remis la Légion d'honneur à plusieurs passagers qui avaient empêché Ayoub El Khazzani d'agir. Parmi eux, un Américain, militaire en vacances, a été blessé au cutter, tandis qu'un autre passager, blessé par balle et hospitalisé à Lille, est toujours hospitalisé.

Déjà décoré de la Légion d'honneur, l'un d'eux, le soldat Spencer Stone va recevoir la plus haute distinction accordée à un membre de l'armée de l'Air américaine, «pour un acte de courage hors combat».

(AFP)

Votre opinion