Publié

FrontièresL'Australie refoule en mer un bateau de migrants

Les migrants du Bangladesh, de Birmanie et du Sri Lanka voulaient se rendre en Nouvelle-Zélande.

Les migrants ont été retrouvés près d'une plage, après le naufrage de leur embarcation.

Les migrants ont été retrouvés près d'une plage, après le naufrage de leur embarcation.

Archives, AFP

Des dizaines de migrants qui tentaient de gagner la Nouvelle-Zélande sont arrivés dans l'est de l'Indonésie, la marine autralienne les ayant interceptés et refoulés, a annoncé lundi la police.

Les 65 migrants du Bangladesh, de Birmanie et du Sri Lanka ont été repérés par la marine australienne, a indiqué Hidayat, un officier de police indonésien sur l'île de Rote, dans l'est de l'achipel.

«Selon leurs témoignages, ils ont été refoulés par la marine et l'immigration australiennes après avoir été interrogés», a précisé l'officier qui ne porte qu'un seul nom, comme de nombreux Indonésiens. «Ils ont affirmé qu'ils étaient en route pour la Nouvelle-Zélande».

L'officier a précisé que les migrants avaient été retrouvés par des habitants de la région dimanche près d'une plage, après le naufrage de leur embarcation.

Politique stricte

Peu après son arrivée au pouvoir en septembre 2013, le gouvernement conservateur australien de Tony Abbott a lancé avec l'aide de l'armée l'opération «Frontières souveraines» pour décourager les réfugiés d'arriver par la mer en Australie.

Les bâtiments de la marine interceptent les bateaux transportant des migrants et les renvoient vers leur point de transit, souvent l'Indonésie.

Les demandeurs d'asile qui arrivent par bateau en Australie sont placés dans des camps de rétention et doivent retourner dans leur pays, vivre dans les camps de rétention ou partir pour le Cambodge, pays pauvre avec lequel l'Australie a conclu un accord.

Misère et persécution

Ces dernières semaines, plus de 3.500 migrants affamés sont arrivés en Thaïlande, en Malaisie et en Indonésie. D'autres seraient encore pris au piège dans des bateaux surchargés en mer.

Hidayat n'a pas précisé quelle était l'origine de ces migrants, dont des femmes et des enfants.

Ils ont été emmenés à une station de police et des responsables des services de l'immigration doivent s'occuper de leur cas mardi, a-t-il précisé.

La majorité des boat people dans le Sud-Est asiatique sont des Bangladais fuyant la misère dans leur pays et des Rohingyas musulmans cherchant à échapper aux persécutions dont ils sont victimes en Birmanie, un pays largement bouddhiste.

(AFP)

Votre opinion