25.02.2015 à 10:46

L'avenir de la Station spatiale incertain après 2024

Espace

La Nasa et la Russie annoncent vouloir financer la Station internationale (ISS) jusqu'en 2024. Mais rien de certain au-delà: la Russie compte lancer sa propre station et retourner sur la Lune.

par
ELB
La Russie a décidé de continuer d'exploiter la Station spatiale internationale (ISS) avec la Nasa jusqu'à 2024, alors que l'Europe ne prolongera pas son aide après 2020. L'avenir de la station est donc incertain, alors que la Russie annonce vouloir retourner sur la Lune (archives).

La Russie a décidé de continuer d'exploiter la Station spatiale internationale (ISS) avec la Nasa jusqu'à 2024, alors que l'Europe ne prolongera pas son aide après 2020. L'avenir de la station est donc incertain, alors que la Russie annonce vouloir retourner sur la Lune (archives).

Keystone

La Russie a décidé de continuer d'exploiter la Station spatiale internationale (ISS) avec la Nasa jusqu'à 2024, a annoncé mercredi 25 février l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos), mais elle envisage ensuite de créer sa propre station spatiale pour «s'assurer un accès garanti à l'espace».

La Russie va également développer un programme lunaire et compte vers 2030 entamer des «vols habités vers la Lune», indique Roskosmos dans un communiqué. L'agence russe a finalisé le plan de ses activités jusqu'à 2030.

En janvier 2014, la Nasa avait annoncé la prolongation de quatre ans de sa durée de vie, soit jusqu'en 2024. L'Europe ne s'est pas non plus engagée à financer l'ISS après 2020.

Seize pays participent à l'ISS, dont la Russie et les Etats-Unis, qui en financent la plus grande partie. Depuis l'arrêt des navettes spatiales américaines, les vaisseaux russes Soyouz sont par ailleurs le seul moyen d'acheminer et de rapatrier les équipages de l'ISS.

Les Russes ont pour leur part indiqué qu'ils allaient réfléchir pour savoir s'ils prolongeraient l'exploitation de l'ISS au-delà de 2020. Le budget de Roskosmos est très incertain à cause d'une grave crise économique secouant la Russie, visée par des sanctions occidentales liées au conflit ukrainien.

Cet avant-poste et laboratoire orbital mis en orbite en 1998 a coûté au total cent milliards de dollars.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!