Suisse: L'AVS sera-t-elle sauvée par une hausse de la TVA?

Publié

SuisseL'AVS sera-t-elle sauvée par une hausse de la TVA?

Après le rejet de la prévoyance vieillesse 2020, Alain Berset planche sur un nouveau financement de l'AVS qui passerait par une augmentation massive de la TVA.

par
Pascal Schmuck
Zurich
Le financement de l'AVS continue de hanter les nuits d'Alain Berset.

Le financement de l'AVS continue de hanter les nuits d'Alain Berset.

Keystone

Alain Berset pourrait présenter ce vendredi les grandes lignes du futur financement de l'AVS après le rejet en votation de sa Prévoyance vieillesse 2020. Et selon l'Aargauer Zeitung, le patron du Département fédéral de l'intérieur (DFI) proposerait une hausse de la TVA de 1,9 point.

Le Conseiller fédéral fribourgeois a deux options pour stabiliser le premier pilier et assurer en même temps le niveau des rentes. Mais toutes deux se traduisent par une facture salée. Le relèvement du taux de TVA, qui entrerait en vigueur dès 2021, garantirait le financement de l'AVS jusqu'en 2033.

Cette augmentation se ferait en deux temps: une première tranche d'un point dès 2021, puis de 0,9 point à partir de 2024. Ce coup de pouce en provenance de la TVA correspondrait à un total de 4,5 milliards de francs.

Âge de la retraite

La seconde option consisterait à augmenter l'âge de la retraite pour les femmes à 65 ans. Une décision qui se traduirait également par un alourdissement de la TVA de 1,7 point à partir de 2021. Par la suite, l'augmentation de la TVA pourrait passer à 1,9 point mais la hausse de l'âge de la retraite pour les femmes s'accompagnera de mesures de compensation.

Le taux de la TVA pourrait donc passer de 7,7% à 9,6%, une augmentation nettement supérieure à la mouture rejetée dans les urnes le 24 septembre 2017. Cette dernière proposait une hausse de 0,6 point de la TVA et de 0,3 point de ponction dans les salaires pour l'AVS.

L'addition sera salée

Le nouveau projet permettrait de garantir le financement de l'AVS un peu plus longtemps mais uniquement parce que plusieurs années ont déjà été perdues. Et c'est le prix à payer pour garder à son niveau actuel l'âge du départ à la retraite pour les femmes.

Plusieurs esquisses ont également été publiées par différents départements fédéraux, allant d'une hausse de l'âge de la retraite à une baisse des rentes, voire un mélange de ces différentes options. Mais il n'y a pour le moment qu'une seule certitude: la facture finale sera salée.

Ton opinion