Actualisé

TerrorismeL'EI affirme avoir décapité l'otage Peter Kassig

Dans une vidéo, l’État islamique a affirmé avoir décapité l'otage américain Peter Kassig. Le groupe a aussi revendiqué la décapitation simultanée d'une quinzaine d'hommes présentés comme des soldats syriens.

1 / 149
L'Iran a arrêté 27 personnes soupçonnées de préparer des attentats. (7 août 2017)

L'Iran a arrêté 27 personnes soupçonnées de préparer des attentats. (7 août 2017)

archive/photo d'illustration, AFP
La Royal Air Force bombarde une base de l'EI. Deux avions britanniques ont participé à un bombardement de la coalition lundi contre un ancien palais de Saddam Hussein, devenu l'un des quartiers généraux de Daech ainsi qu'un centre d'entraînement pour terroristes étrangers», explique le ministère britannique dans un communiqué. (3 août 2016)

La Royal Air Force bombarde une base de l'EI. Deux avions britanniques ont participé à un bombardement de la coalition lundi contre un ancien palais de Saddam Hussein, devenu l'un des quartiers généraux de Daech ainsi qu'un centre d'entraînement pour terroristes étrangers», explique le ministère britannique dans un communiqué. (3 août 2016)

DR/Twitter
Selon les renseignements kényans, une centaine de Kényans ont rejoint les rangs de l'EI en Libye et en Syrie.

Selon les renseignements kényans, une centaine de Kényans ont rejoint les rangs de l'EI en Libye et en Syrie.

DR/Photo d'illustration, AFP

Le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a revendiqué, dans une vidéo mise en ligne dimanche 16 novembre sur des sites djihadistes , l'exécution par décapitation de l'otage américain Peter Kassig, enlevé en 2013 en Syrie.

L'EI, qui a déjà revendiqué depuis août l'exécution de quatre otages occidentaux, a diffusé une vidéo montrant un homme masqué, debout à côté d'une tête tranchée, affirmant avoir décapité Peter Kassig.

La vidéo n'a pas pu être authentifiée dans l'immédiat.

«C'est Peter Edward Kassig, un citoyen américain de votre pays (...)», affirme l'homme masqué à l'accent britannique, en liant cette exécution à l'envoi de conseillers américains pour aider les troupes irakiennes dans leur guerre contre l'EI.

Il n'était pas possible de dire dans l'immédiat s'il s'agit de «Jihadi John», assassin présumé des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff.

Décapitation simultanée d'une quinzaine d'hommes

Dans la même vidéo d'une quinzaine de minutes, des combattants de l'EI sont montrés en train de décapiter une quinzaine d'hommes présentés comme des soldats du régime syrien de Bachar al-Assad.

Agé de 26 ans, Peter Kassig, un ancien soldat en Irak, s'était converti à l'islam et avait fondé en 2012 une organisation humanitaire, «Special Emergency Response and Assistance» (Sera) après avoir quitté l'armée américaine.

Il était apparu dans une vidéo le 3 octobre montrant la décapitation d'un autre otage de l'EI, le Britannique Alan Henning, dans laquelle les djihadistes menaçaient de le tuer à son tour, en représailles aux frappes aériennes menées par les États-Unis en Syrie et en Irak.

Peter Kassig est le troisième otage américain dont la décapitation est revendiquée par l'EI, après James Foley et Steven Sotloff. Deux autres Britanniques, Alan Henning, un volontaire humanitaire, et David Haines, travailleur humanitaire, ont subi le même sort.

Tous ont été enlevés en Syrie, pays en guerre depuis plus de trois ans.

Exécutions, rapts, viols et nettoyage ethnique

Accusé par l'ONU de crimes contre l'Humanité, le groupe EI est responsable de terribles exactions dans les vastes régions conquises en Syrie et en Irak, notamment des exécutions, rapts, viols et du nettoyage ethnique.

(AFP)

Votre opinion