Publié

AfghanistanL'EI attaque des barrages de police dans l'est

C'est la première fois que des militants de Daech lancent des attaques coordonnées contre la police dans la province, s'est inquiété le gouverneur du district.

Des barrages de police dans l'est de l'Afghanistan sont attaqués par l'Etat islamique.

Des barrages de police dans l'est de l'Afghanistan sont attaqués par l'Etat islamique.

Keystone

Des militants autoproclamés de l'organisation Etat islamique (Ei) ont lancé dimanche une vaste offensive contre une dizaine de barrages de police dans l'est de l'Afghanistan, a-t-on appris auprès des autorités, signe du dessein expansionniste de l'EI dans cette région frontalière du Pakistan.

Le gouverneur du district d'Achin, Haji Ghalib, n'était pas en mesure de fournir un bilan des combats qui ont débuté «à l'aube dimanche». C'est «la première fois que des militants de Daech (acronyme arabe de l'EI) lancent des attaques coordonnées contre la police dans la province de Nangarhar», a-t-il dit.

Ahmad Zia Abdulzaï, porte-parole du gouverneur de la province, a confirmé ces informations.

D'anciens talibans déçus

Nangarhar, qui partage une large frontière avec le Pakistan, est l'une des provinces les plus instables d'Afghanistan. Les rebelles talibans y étaient jusqu'à présent fermement implantés, mais les militants de l'EI leur disputent le terrain.

Les combattants qui se réclament de l'EI sont souvent d'anciens talibans déçus par le manque de leadership de leur direction qui leur a caché pendant deux ans la mort de la figure tutélaire du mouvement, le mollah Omar. En outre, les talibans réussissent certes à gagner du terrain, mais peinent face aux forces afghanes.

L'EI en «expansion virale»

Dans un rapport publié vendredi, l'ONU a noté une «expansion virale de la marque Etat islamique» en Afghanistan, déchiré depuis 2001 par le sanglant conflit qui oppose les talibans aux forces gouvernementales, désormais seules en première ligne depuis la fin de la mission de combat de l'Otan à la fin de l'année dernière.

La progression de l'EI inquiète l'administration américaine. Washington prévoit de retirer la totalité de ses 9.000 soldats d'Afghanistan d'ici à la fin de 2016, mais samedi un haut responsable du département d'Etat a assuré que l'administration observait «de très près» l'évolution de l'EI sur le terrain. «C'est une variable que nous intégrons à nos futurs projets», a-t-il ajouté.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!