09.10.2013 à 15:57

Administration fédéraleL'enquête blanchit Jürg Marti, ex-chef de l'Office des statistiques

Sous couvert de l'anonymat, Jürg Marti avait notamment été accusé de sexisme et de mépris des directives, accusations que les médias avaient reprises. Les reproches adressés ne sont pas confirmés par l'enquête.

Jürg Marti sort blanchi de l'enquête administrative.

Jürg Marti sort blanchi de l'enquête administrative.

ARCHIVES, Keystone

Une enquête administrative blanchit l’ex-directeur de l’Office fédéral de la statistique (OFS) Jürg Marti. Les reproches des médias à son encontre n’ont pu être confirmés et leurs auteurs devront répondre de leur acte, a indiqué mercredi le Département fédéral de l’intérieur (DFI). L’intéressé avait quitté son poste avec effet immédiat en février.

L’économiste soleurois de 50 ans était sur la sellette depuis un moment. En janvier, des employés de son office s’étaient plaints de lui dans une lettre anonyme adressée au chef du DFI Alain Berset.

Le secrétaire général du département avait reçu une quinzaine de personnes de manière confidentielle pour examiner leurs doléances. Il y a deux ans, Jürg Marti, nommé par Pascal Couchepin et entré en fonction en 2009, avait déjà fait les gros titres suite à un conflit avec la commission du personnel.

Les accusations anonymes de sexisme et de mépris des directives, relayées par les médias ne sont pas confirmées, selon l’enquête administrative commandée par le Secrétariat général du DFI à une étude d’avocats bernois. Le conflit de longue date au sein de l’OFS et les reproches visant Jürg Marti ont pour principale origine les divergences d’opinion relatives à la conduite de l’office.

Quant aux collaborateurs qui ont préféré rendre les problèmes publics, ils ont choisi cette voie car il leur était difficile d’expliquer ces problèmes à des personnes externes à leur office. Enfin, s’agissant des relations entre l’office et les associations de personnel, elles se sont avérées globalement correctes, souligne le DFI dans un communiqué.

Enquête disciplinaire

Quant aux auteurs des accusations, ils n’en ressortiront pas idemnes. Le Secrétariat général du DFI n’engagera aucune procédure pénale à leur encontre, contrairement à ce que recommandaient les auteurs de l’enquête. Mais une enquête disciplinaire sera ouverte. Selon l’ordonnance sur le personnel de la Confédération, un employé qui a manqué à ses obligations professionnelles par négligence peut être sanctionné par un avertissement ou un changement du domaine d’activité. S’il a agi intentionnellement ou par négligence grave, la punition peut être une réduction du salaire d’au maximum 10% pendant un an, une amende jusqu’à 3000 francs ou un changement du pensum ou du lieu de travail.

Une explication aura lieu avec ces personnes. Le DFI leur reproche de ne pas avoir utilisé les possibilités internes à disposition, «nombreuses et connues», pour formuler leurs reproches en préservant le secret de fonction. Elles ont préféré s’adresser aux médias en communiquant des informations parfois confidentielles.

Améliorer le pilotage

Pour le reste, le comportement de l’office concerné et du Secrétariat général du DFI par rapport aux reproches adressés à Jürg Marti est jugé correct par les auteurs de l’enquête. Différentes recommandations ont néanmoins été faites concernant le pilotage de l’OFS et la collaboration avec les associations du personnel.

La plupart ont déjà été mises en œuvre: discussion avec le responsable de division dont le comportement avait fait l’objet de réclamations, séances d’office régulières sous la conduite d’Alain Berset et auxquelles l’ensemble de la direction de l’OFS est conviée, rencontres avec les partenaires sociaux.

En mars, le chef du DFI avait justifié l’indemnité de départ attribuée à l’ex-directeur, correspondant à un an de salaire (soit au maximum 291’093 francs). Elle répond au montant usuel prévu par la législation. Elle ne tient compte ni des critiques relayées par les médias, ni de l’âge ou de la situation professionnelle ou personnelle de M. Marti, selon le conseiller fédéral.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!