Indonésie: L'épave de l'avion disparu repérée en Papouasie
Publié

IndonésieL'épave de l'avion disparu repérée en Papouasie

Des habitants de la province indonésienne de Papouasie ont affirmé avoir découvert dans les montagnes l'épave de l'avion de ligne disparu dimanche, avec 54 personnes à son bord.

Le ministre des Transports indonésien Ignasius Jonan (à gauche) s'exprime à l'annonce de la catastrophe aérienne.

Le ministre des Transports indonésien Ignasius Jonan (à gauche) s'exprime à l'annonce de la catastrophe aérienne.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, AFP

Des équipes de secours devaient se rendre lundi sur le site présumé du crash de l'avion de ligne qui a disparu avec 54 personnes à son bord ce dimanche 16 août dans la province orientale indonésienne de Papouasie. L'avion a perdu le contact avec la tour de contrôle juste avant 15 heures (8 heures en Suisse), après avoir décollé de l'aéroport de Sentani, dans la capitale de cette province, Jayapura, ont expliqué les services de secours sur le réseau social Twitter.

L'avion, un bi-turbopropulseur ATR 42-300 de transport régional, transportait 44 passagers adultes, cinq enfants et les cinq membres d'équipage.

Il a disparu peu après avoir demandé l'autorisation de descendre, une dizaine de minutes avant l'heure prévue pour son atterrissage à Oksibil (est de cette province). Cette localité montagneuse très reculée, uniquement accessible par voie aérienne, est proche de la frontière avec l'Etat indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Des responsables indonésiens ont annoncé dans la soirée que l'ATR 42-300 de la compagnie indonésienne Air Trigana avait été «trouvé» par des villageois). «Selon des habitants, il s'est écrasé dans la montagne», a déclaré le directeur général du Transport aérien au ministère indonésien des Transports, M. Suprasetyo.

Secours envoyés dès que possible

Des équipes de secours, des policiers et l'armée seront dépêchés sur place dès que possible lundi matin, a précisé le porte-parole du ministère des transports, J. A. Barata. Aucune information n'a filtré sur la présence d'éventuels survivants sur les lieux du crash.

Un responsable d'Air Trigana, le capitaine Beni Sumaryanto, a expliqué que l'équipage avait contacté la tour de contrôle d'Oksibil peu avant l'heure prévue pour son atterrissage.

L'avion n'est jamais arrivé et la compagnie a envoyé à sa recherche un autre appareil à turbopropulseurs. «La météo était très mauvaise, il n'a pas pu le trouver et il a rebroussé chemin pour retourner à Sentani», a ajouté le capitaine Sumaryanto.

La compagnie aérienne «soupçonne fortement un problème météorologique» dans cette région où les conditions sont «imprévisibles», a-t-il ajouté. «Ce n'est pas un problème de surcharge, l'appareil pouvait emmener 50 passagers».

Compagnie sur une liste noire

Air Trigana est une petite compagnie fondée en 1991. Ses avions desservent une quarantaine de destinations intérieures. Elle figure sur une liste noire l'interdisant de vol dans l'Union européenne, la compagnie a connu 14 incidents depuis son lancement, selon le Réseau de sécurité aérienne, qui répertorie les accidents aériens.

La Papouasie est souvent desservie par de petits appareils et la météo a été à l'origine de plusieurs accidents ces dernières années.

L'Indonésie a un piètre bilan en matière de sécurité aérienne. En décembre, un avion de la compagnie AirAsia parti de Surabaya (Indonésie) à destination de Singapour s'est abîmé en mer de Java, provoquant la mort de 162 personnes.

Début juillet, un avion de l'armée de l'air s'est écrasé en pleine ville, à Medan. Bilan : 142 morts.

(ats-afp)

Votre opinion