Publié

SantéL'EPFL développe un outil pour mesurer la douleur

Avec cet instrument, les médecins pourront à terme déterminer plus facilement et plus rapidement le niveau d'intensité des souffrances d'un patient.

L'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

L'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Keystone

Des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont développé un outil qui permet de quantifier objectivement la douleur chronique.

Ils utilisent le fait que les malades se meuvent différemment que les bien-portants dans leur vie quotidienne.

La manière dont un être humain bouge constitue un bon indicateur de son état de santé. «Lorsque tout va bien, nous bougeons constamment. Lorsque nous souffrons, nous réduisons notre activité physique», explique l'EPFL dans un communiqué

L'équipe du Laboratoire de mesure et d'analyse du mouvement de la Haute École lausannoise a utilisé ce banal constat pour développer un outil visuel capable de mesurer la douleur.

Avec cet instrument, les médecins pourront à terme déterminer plus facilement et plus rapidement le niveau d'intensité des souffrances d'un patient.

Évaluative précise

«Il est important pour les médecins d'évaluer la douleur le plus précisément possible», explique Anisoara Ionescu, l'auteure de l'étude publiée dans le magazine spécialisé «PLoS ONE». Or c'est aujourd'hui souvent difficile car on se contente de demander aux patients d'estimer leur douleur sur une échelle de 1 à 10.

Cette méthode donne une image trop statique du patient, tel jour à telle heure. Et aussi une vision trop subjective, car les malades n'estiment pas tous de la même manière l'intensité de leur douleur.

Certains patients, comme les enfants, ne peuvent pas le faire.

Capteurs

Pour l'étude, les chercheurs ont équipé de capteurs 15 personnes en bonne santé et 60 malades souffrant de douleurs chroniques.

Ces senseurs positionnés sur la poitrine, près du genou et à la cheville ont enregistré les mouvements et les phases de repos.

Les résultats ont révélé de grandes disparités entre malades et bien-portants, note le communiqué. Les données ont été enregistrées sur plusieurs jours, avant, pendant et après un traitement.

En juxtaposant les résultats, on a obtenu une indication précise des changements dans les activités quotidiennes du patient.

Code-barres utile aux médecins

Les scientifiques ont développé un outil facile à utiliser par les médecins: des barres de couleur permettent d'embrasser d'un seul coup d'œil la situation d'un patient, son évolution ou l'effet d'un traitement.

Les médecins espèrent pouvoir à terme se servir de ce «code-barres» comme d'une aide au diagnostic.

(ats)

Ton opinion