29.10.2018 à 08:23

NigeriaL'équipage du navire suisse «Glarus» est libre

Le cargo qui transportait des céréales avait été arraisonné dans le Golfe de Guinée il y a un mois. Les marins ont été transférés en Suisse pour interrogatoire.

Des recherches sont en cours pour retrouver les pirates qui ont détourné le «Glarus».

Des recherches sont en cours pour retrouver les pirates qui ont détourné le «Glarus».

Screenshot Twitter

Les douze marins du «Glarus», un navire de haute mer sous pavillon suisse, sont libres. L'équipage a été pris en otage au large des côtes du Nigeria, dans le Golfe de Guinée, il y a un mois. Les pirates, toujours en fuite, ont fait main basse sur le cargo qui transportait des céréales.

Cette libération avait été précédée de négociations entre la compagnie de navigation Massoel Shipping et les ravisseurs. Vendredi, les 12 membres de l'équipage ont été libérés, a annoncé dimanche le procureur de Bâle. Tous les marins ont été transférés en Suisse pour interrogatoire.

La police criminelle a ouvert une enquête. En coopération avec d'autres autorités, des recherches sont en cours pour retrouver les pirates, dont l'identité est encore inconnue.

Le parquet de Bâle a lancé une action en justice pour privation de liberté, enlèvement et prise d'otage. Etant donné que la prise d'otages est un délit qui a eu lieu à bord d'un navire suisse, le principe du pavillon s'applique. C'est le Ministère public bâlois qui s'est saisi du dossier, car c'est à Bâle que se trouve le port d'attache de tous les navires suisses de haute mer.

Des céréales à bord

Le «Glarus» a été attaqué le 22 septembre à 45 milles nautiques au sud de Bonny Island. Selon la compagnie maritime, le navire transportait des céréales de Lagos vers Port Harcourt.

Les pirates sont montés à bord à l'aide d'échelles et ont coupé les barbelés de protection. Après avoir détruit une grande partie de l'équipement de communication sur le navire, le groupe a enlevé 12 des 19 membres de l'équipage. Sept Philippins, un Croate, un Bosnien, un Slovène, un Ukrainien et un Roumain figurent parmi les otages retenus captifs pendant un mois.

Selon le SonntagsBlick, les pirates appartiendraient au Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (MEND). Ce groupe rebelle se bat pour que la population du delta, région riche en matières premières, reçoive une plus grande part des revenus issus du gaz et du pétrole.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!