Publié

BrésilL'espionnage américain de Rousseff est «inacceptable»

Le gouvernement brésilien a qualifié lundi d'«inadmissible et inacceptable» un cas présumé d'espionnage des communications de la présidente Dilma Rousseff par les Etats-Unis et a demandé des explications rapides par écrit.

Dilma Rousseff aurait été espionnée par les Etats-Unis.

Dilma Rousseff aurait été espionnée par les Etats-Unis.

AFP

Selon des documents des services secrets américains (NSA), les Etats-Unis ont espionné les communications de la présidente brésilienne Dilma Rousseff et du président actuel du Mexique, Enrique Pena Nieto

Si elle est confirmée, l'interception par les Etats-Unis de communications de la présidente, révélée dimanche par TV Globo, «représente une violation inadmissible et inacceptable de la souveraineté brésilienne», a déclaré le chef de la diplomatie brésilienne Luiz Alberto Figueiredo lors d'une conférence de presse, réclamant de «rapides explications officielles par écrit».

Explications exigées

Le Brésil a demandé des explications à l'ambassadeur américain à Brasilia au lendemain de nouvelles révélations d'un cas présumé d'espionnage de communications de la présidente Dilma Rousseff par les Etats-Unis qui pourrait encore porter un coup aux relations entre les deux pays.

Le ministère des affaires étrangères a convoqué lundi l'ambassadeur Thomas Shannon pour qu'il s'explique sur cette «atteinte» potentielle à la souveraineté du Brésil alors qu'en fin de semaine se tiendra le Sommet du G20 à Saint Petersbourg, où Mme Rousseff rencontrera le président Barack Obama.

A l'agenda de la présidente brésilienne figure également une visite d'Etat en octobre à Washington.

Ce scandale présumé survient deux mois après que Brasilia eut demandé des explications à Washington sur des révélations du quotidien O Globo indiquant que le Brésil avait fait partie d'un réseau de 16 bases d'espionnage des services secrets américains.

L'affaire avait été évoquée en août lors de la visite au Brésil du secrétaire américain John Kerry, mais Brasilia avait jugé ses explications «non satisfaisantes».

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!