Publié

Climat économiqueL'esprit d'entreprise a la cote en Suisse romande

Entre 75% et 78% des personnes ont une bonne image de l'entrepreneur indépendant. Toutefois, l'entrepreneuriat jouit d'une meilleure note en Europe.

L'entrepreneuriat est particulièrement prisé des personnes ayant achevé une formation universitaire.

L'entrepreneuriat est particulièrement prisé des personnes ayant achevé une formation universitaire.

Reuters

Etre entrepreneur indépendant jouit toujours d'une bonne réputation en Suisse. La part des opinions favorables en la matière a ainsi progressé entre 2013 et cette année de 3 points à 68%. En Suisse romande, dans l'Ouest du Mittelland et en Suisse centrale, le taux grimpe entre 75 et 78%.

En hausse

Plus du tiers (38%) des 1000 personnes interrogées se voit très bien devenir indépendant, a indiqué l'entreprise de distribution directe américaine Amway, en publiant ce lundi 17 novembre un sondage réalisé au niveau mondial. Le coefficient apparaît en hausse au regard des 35% de l'an passé, mais encore nettement en deçà du niveau de 42% affiché en 2012.

L'entrepreneuriat est particulièrement prisé des personnes ayant achevé une formation universitaire, 90% d'entre elles émettant un jugement favorable. Et près de trois sondés sur quatre (71%) disent envisager de franchir le pas de l'indépendance professionnelle un jour.

Les personnes âgées entre 40 et 49 ans portent le regard le plus favorable sur l'entrepreneuriat, 50% d'entre elles se voyant très bien devenir indépendants. Du point de vue géographique, l'esprit d'entreprise ne semble pas bénéficier d'une grosse cote de popularité en Suisse orientale où seuls 47% de sondés ont une opinion favorable.

Devenir son propre chef

Quant aux motivations les plus citées concernant le fait de devenir indépendant, celle de représenter son propre chef figure au premier rang avec 52% des avis. Pour 45% des sondés, le statut d'indépendant offre de meilleures possibilités de se réaliser.

Dans l'Union européenne (UE) dans son ensemble, la part des opinions favorables quant à l'entrepreneuriat est plus élevée qu'en Suisse, celle-ci atteignant 73%. Toutefois, Amway explique la différence par le fait que le taux de chômage est plus élevé dans l'UE, ce qui peut amener un plus grand nombre de personnes à envisager cette solution.

En Suisse, 61% des personnes interrogées estiment par ailleurs que le climat social et politique est favorable à l'entrepreneuriat, contre seulement 48% dans l'UE. Et 64% des Helvètes ont également une opinion favorable sur les possibilités qui sont offertes en matière de formation, contre 43% dans l'UE.

(ats)

Votre opinion