Actualisé

NeuchâtelL'Etat ne modifiera pas la signalisation

Un carrefour à la configuration jugée «troublante» par le Tribunal du Littoral a permis à un ex-député flashé d’obtenir une sanction réduite. Le canton n’y changera rien.

par
Benjamin Pillard
Inaugurée en mars 2014, cette galerie située au-dessus du tunnel autoroutier de Serrières, à l’entrée ouest de Neuchâtel, est limitée à 50 km/h. Sauf que rien ne l’indique.

Inaugurée en mars 2014, cette galerie située au-dessus du tunnel autoroutier de Serrières, à l’entrée ouest de Neuchâtel, est limitée à 50 km/h. Sauf que rien ne l’indique.

Jean-Guy Python

Le jugement neuchâtelois rendu public jeudi dans nos colonnes était inédit. Flashé à 77 km/h en localité, un chirurgien à la retraite et ex-député avait vu sa condamnation pénale revue nettement à la baisse par le Tribunal du Littoral: 1000 fr. à payer (dont la moitié de frais de justice) et un avertissement du Service des autos, au lieu du même montant assorti d’une peine pécuniaire de 4000 fr. (bien qu’avec sursis) avec inscription au casier judiciaire pour violation grave de la circulation routière. Une qualification qui aurait automatiquement entraîné un retrait de permis de trois mois. Une réduction de peine accordée qu’exceptionnellement depuis l’entrée en vigueur de Via sicura il y a cinq ans. Dans le cas d’espèce, le juge unique, Bastien Sandoz, a suivi le recourant sur l’essentiel de son argumentation, à savoir une signalisation jugée insuffisante le long du tronçon concerné. Une galerie inaugurée il y a quatre ans à l’ouest de la ville de Neuchâtel, construite sur le tunnel autoroutier de Serrières, au débouché de la rue Martenet et du quai Philippe-Suchard.

Conforme aux normes fédérales

Cette tranchée couverte longue d’une centaine de mètres conduit à l’ancienne portion manquante d’autoroute de 1 km entre le site du cigarettier Philip Morris et le début de la route du Lac qui mène au village d’Auvernier. Longtemps limitée à 80 km/h, la vitesse le long de ce tronçon rectiligne avait été baissée à 60 km/h durant les dernières années. «Nous l’avions réduite en raison d’une sensibilité nouvelle à la problématique du bruit routier», réagit l’ingénieur cantonal, Nicolas Merlotti, qui estime que les automobilistes ont pris de mauvaises habitudes pendant longtemps. «Avec une limitation à 50 maintenue jusqu’au parking (ndlr: situé 200 m après la galerie), nous sommes passés à une situation qui aurait dû prévaloir par le passé, mais qui ne pouvait être mise en œuvre sur une route à 2 x deux voies située entre deux tronçons autoroutiers.»

À la tête du Service neuchâtelois des ponts et chaussées, le responsable se dit «très surpris» par le verdict du tribunal. «L’ordonnance fédérale sur la signalisation routière est claire: tant qu’il n’y a pas de panneau de fin de 50, on est encore en localité. Le fait qu’il faille s’engager dans une tranchée couverte n’y change rien.» Bien que préconisé par le juge Sandoz, aucun panneau de rappel «50» à l’entrée de cette galerie de Serrières ne sera posé par le canton. Ni à sa sortie. «Un parking où 900 véhicules viennent se garer chaque jour débouche sur la route, ce qui génère nombre de mouvements transverses de jour comme de nuit.» Dans le doute, autant lever le pied.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!