Publié

tismeL'Ethiopien Kenenisa Bekele vise l'excellence sur le marathon (MAGAZINE)

Par Jenny VAUGHAN SULULTA (Ethiopie), 17 jan 2014 (AFP) - L'Ethiopien Kenenisa Bekele, l'un des plus grands fondeurs de l'Histoire et détenteur de deux records du monde sur la piste (5000 et 10.000 m), en vise désormais un troisième cette fois sur la route dans le marathon.

Le 6 avril, Bekele, 31 ans, triple champion olympique et quintuple champion du monde, sera en vedette au départ à Paris pour ses premières foulées sur le marathon, juste une semaine avant que son rival sur la piste, le Britannique Mo Farah, ne s'aligne pour ses propres débuts sur les 42,195 km à Londres. Ces deux champions espèrent bien marcher sur les traces des légendaires éthiopiens Abebe Bikila, double champion olympique (1960-1964), et Haile Gebreselassie, 40 ans, qui ont réussi leur passage de la piste au marathon. Et de montrer qu'ils peuvent proposer une dure opposition aux insatiables Kényans dominateurs. Le record du monde du marathon est détenu par le Kényan Wilson Kipsang Kiprotich en 2 h 03 min 23 sec depuis le 29 septembre 2013 à Berlin. "Je veux établir un record du monde à mon premier marathon", déclare Bekele sans ambages à l'AFP depuis son camp d'entraînement personnel dans les collines luxuriantes au-dessus d'Addis Abeba. "Mon rêve permanent est de signer un temps rapide, d'être le meilleur", ajoute-t-il. Alors que le profil du marathon de Paris n'est pas considéré comme un parcours potentiel pour un record du monde -au contraire de Berlin, Chicago, Rotterdam ou Londres- tous les yeux seront braqués sur Bekele et sa capacité à s'approcher du record de la course (2h05:11.) établi par le Kényan Stanley Biwott il y a deux ans. "Si le marathon se passe bien, si je me sens okay, je veux courir le marathon encore et encore", explique Bekele considérant ce début comme le possible départ d'un voyage qui le mènera sur les routes de Rio et de la gloire olympique en 2016. La carrière du champion éthiopien a été perturbée depuis trois ans par une blessure à un mollet qui l'a gêné aux Jeux de Londres (seulement 4e sur 10.000 m) et l'a empêché de participer aux Mondiaux de Moscou en 2013. Mais sa victoire devant... Mo Farah dans le semi-marathon de Newcastle (Great North Run) en septembre dernier a prouvé son retour en forme. Malgré ce succès devant le Britannique, Bekele a préféré éviter un face-à-face à Londres, optant plutôt pour Paris, l'un des marathons de tout premier plan mais où la pression est probablement beaucoup moins forte. "Paris est un lieu historique pour moi, c'est un lieu spécial pour moi, j'y ai gagné tant de courses, aussi je suis heureux d'y courir à nouveau", se souvient Bekele, 11 fois champion du monde de cross-country, qui court à l'entraînement actuellement 240 km par semaine en altitude. "Si je m'entraîne bien, si je me prépare très bien... personne ne m'inquiète. Je me concentrerai juste sur ma course pour être le meilleur et courir vite", estime le double champion olympique de Pékin qui s'entraîne aussi dur pour le marathon que par le passé. Bekele espère obtenir le même statut légendaire de héros national en Ethiopie que Gebreselassie en cas de réussite sur le marathon. jv/sas/gnf/dhe/fbr/sk

(AFP)

Ton opinion