Actualisé 18.09.2019 à 09:48

L'étrange lanterne fantôme à boule rouge du fond des mers

Faune

Une expédition scientifique est tombée sur cette espèce rare de méduse et son passager clandestin.

par
Le Matin

Le drone sous-marin du navire «Nautilus» a fait cette surprenante rencontre par 790 mètres de fond au beau milieu du Pacifique. Vidéo YouTube/EVNautilus

Les fonds marins recèlent des créatures bien étranges. Une équipe scientifique en a une nouvelle fois eu la preuve début septembre. Le navire de recherche «Nautilus» sillonne les océans, explorant des zones jamais étudiées afin précisément de faire de nouvelles découvertes, qu'elles soient biologiques, géologiques ou archéologiques. Appartenant à l'organisation Ocean Exploration Trust, fondée par Robert Ballard à qui l'on doit la découverte de l'épave du «Titanic», le navire dispose notamment d'un drone sous-marin. C'est ce dernier qui est tombé sur cette étrange créature, par 790 mètres de fond près de l'île Howland, au beau milieu du Pacifique.

Ressemblant d'abord à une lanterne, la créature s'est ensuite étirée et déployée. Les images montrent également une sorte de boule rouge à l'intérieur. Les scientifiques, qui poussent des exclamations admiratives dans cette vidéo, ont reconnu dans cet animal fantomatique une Deepstaria, une espèce très rare de méduse, explique le site LiveScience. Appelée ainsi d'après le nom du navire qui l'a découvert dans les années 1960, elle n'a ensuite pas été observée plus d'une douzaine de fois.

Aspirateur géant

Contrairement à d'autres méduses, la Deepstaria ne possède pas de tentacules. Pour capturer ses proies, elle peut en revanche déployer son corps, qui ressemble à un vaste sac et, une fois sa victime à l'intérieur, elle le referme. Sur sa membrane translucide, on distingue un maillage géométrique. Il s'agit d'un réseau de canaux qui répartit les nutriments ingérés dans toute l'anatomie de la méduse.

Mais quelle est cette mystérieuse boule rouge? Lorsque la Deepstaria s'est approchée du drone, les scientifiques ont pu observer qu'ils 'agissait d'un isopode, un ordre de crustacés. Toujours vivant, s'agit-il d'une proie non encore digérée? En fait, de telles créatures ont déjà été observées en compagnie de ces méduses. Elles se protégeraient ainsi des prédateurs en trouvant refuge à l'intérieur de la Deepstaria qui ne les dévore pas. Y a-t-il un bénéfice réciproque à cette cohabitation symbiotique ou les isopodes sont-ils juste des parasites? Les scientifiques l'ignorent pour l'instant.

Michel Pralong

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!