Etats-Unis: L'ex-général Petraeus a tapé dans l’œil de Trump
Actualisé

Etats-UnisL'ex-général Petraeus a tapé dans l’œil de Trump

Le président-élu envisage la nomination de l'ancien directeur de la CIA pour diriger la diplomatie américaine.

1 / 50
Le Pentagone mène une enquête sur les paiements russes reçus par Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump. L'enquête doit déterminer s'il a accepté de l'argent provenant de gouvernements étrangers sans obtenir d'autorisation préalable. (Jeudi 27 avril 2017)

Le Pentagone mène une enquête sur les paiements russes reçus par Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump. L'enquête doit déterminer s'il a accepté de l'argent provenant de gouvernements étrangers sans obtenir d'autorisation préalable. (Jeudi 27 avril 2017)

AFP
Les ministres allemand et américain des Finances ont échangé à la veille de l'ouverture du G20 Finances. (Jeudi 16 mars 2017)

Les ministres allemand et américain des Finances ont échangé à la veille de l'ouverture du G20 Finances. (Jeudi 16 mars 2017)

Keystone
Dina Powell, une banquière arabo-américaine née au Caire, a été nommée adjointe du conseiller à la sécurité nationale. (Mercredi 15 mars 2017)

Dina Powell, une banquière arabo-américaine née au Caire, a été nommée adjointe du conseiller à la sécurité nationale. (Mercredi 15 mars 2017)

AFP

Donald Trump a rencontré lundi l'ex-général David Petraeus, ancien directeur de la CIA. Le président américain élu s'est dit, sur Twitter, «très impressionné». Selon plusieurs médias, il envisagerait de le nommer à la tête de la diplomatie américaine.

Âgé de 64 ans, le militaire, qui a dû démissionner de la direction de l'agence centrale du renseignement en novembre 2012 en raison d'une relation extraconjugale, a également commandé les forces américaines en Irak et en Afghanistan. Le «soldat-intellectuel» («warrior-scholar») passé par l'académie militaire de Westpoint et l'université de Princeton, est considéré comme un expert de la lutte anti-insurrectionnelle.

Mais ses relations extraconjugales avec sa biographe Paula Broadwell ont terni sa réputation. Le général quatre-étoiles, qui avait reconnu à sa démission de la CIA un «inacceptable manque de jugement», a été condamné en avril 2015 à deux ans de mise à l'épreuve pour avoir transmis à sa maîtresse des documents confidentiels.

Romney et Giuliani sur les rangs

Dans une interview accordée la semaine dernière à la station de Radio 4 de la BBC, M. Petraeus a déclaré que si Donald Trump lui proposait un poste dans sa future administration, il l'accepterait. «Je viens de rencontrer le général Petraeus - ai été très impressionné!», a annoncé le président élu sur son compte Twitter à l'issue d'une heure d'entretien.

Selon son équipe de transition, Donald Trump s'est également entretenu avec Frances Townsend, qui fut conseillère à la sécurité intérieure de George W. Bush. D'autres noms circulent ces derniers jours pour le poste de secrétaire d'Etat, dont ceux de Mitt Romney, l'ancien candidat républicain à la Maison-Blanche en 2012, et Rudy Giuliani, ancien maire de New York et soutien indéfectible de la candidature du milliardaire new-yorkais.

Donald Trump devait d'ailleurs revoir mardi Mitt Romney, qui avait durement critiqué le magnat de l'immobilier pendant la campagne. Il s'entretiendra également avec le sénateur républicain du Tennessee, Bob Corker.

Un anti-Obamacare

Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a nommé mardi comme ministre de la Santé Tom Price, un élu à la Chambre des représentants et farouche opposant à la réforme de l'assurance maladie Obamacare, bête noire des républicains. «Il est exceptionnellement qualifié pour mener à bien notre engagement d'abroger et remplacer Obamacare afin de donner à tous les Américains une couverture santé abordable et accessible», a déclaré Donald Trump, cité dans un communiqué.

Tom Price «est un féroce opposant au gaspillage du gouvernement», écrit l'équipe de transition du président élu.

«Il y a beaucoup à faire pour s'assurer que nous avons un système de santé qui fonctionne pour les patients, les familles et les médecins», a assuré Tom Price, âgé de 62 ans, selon le communiqué.

(AFP)

Votre opinion