Publié

EscoquerieL'ex-patron d'IPCO Investment écope de sept ans de prison

L'ancien directeur d'IPCO Investment, une société établie à Schwyz, a été condamné à sept ans de prison pour escroquerie. Le montant total de ses manipulations s'élève à 125 millions de francs.

Le Tribunal pénal de Schwyz a condamné l'ex-patron de la société schwyzoise IPCO Investment à sept ans de prison.

Le Tribunal pénal de Schwyz a condamné l'ex-patron de la société schwyzoise IPCO Investment à sept ans de prison.

Keystone

L'ancien propriétaire de la société schwyzoise IPCO Investment est condamné à sept ans de prison pour avoir escroqué des clients pour un montant total de 125 millions de francs. Le gestionnaire de fortune les trompait en faisant miroiter des opérations de devises.

Le principal accusé était absent lors du procès. Il vit actuellement à Dubaï. Le Tribunal pénal de Schwyz l'a reconnu comme le principal accusé d'escroquerie, blanchiment d'argent, incitation à la gestion déloyale, faux dans les titres et fraude fiscale. Pour les juges, il n'y a aucun doute: l'homme âgé de 42 ans a tiré les ficelles dans cette affaire.

Ils ont donc suivi le réquisitoire du Ministère public. La défense avait plaidé l'acquittement.

Deux employés complices

La Cour a également condamné deux autres accusés, un gestionnaire de fortune âgé de 44 ans et une employée de commerce de 40 ans - tous deux subordonnés au principal prévenu. Leur culpabilité s'avère nettement moins lourde.

Le premier est reconnu coupable de complicité d'escroquerie. Le tribunal lui a infligé une peine de 2 ans avec sursis, assortie d'une amende. La seconde est sanctionnée d'une peine pécuniaire pour gestion déloyale, faux dans les titres et fraude fiscale.

Système «boule de neige»

Les faits remontent aux années 1997 à 2004. Quelque 650 clients ont été escroqués.

Les opérations et les prétendus rendements atteints par la société d'investissement basée à Pfäffikon (SZ) étaient fictifs. Les versements aux clients étaient financés par les nouveaux dépôts d'autres clients, selon un système du type «boule de neige».

L'ancien propriétaire de IPCO avait fui au Brésil en 2004. Arrêté la même année, il a été assigné à résidence mais s'est à nouveau enfui en 2007.

En 2008, il s'est rendu aux autorités en Argentine et a ensuite été extradé en Suisse. La Commission fédérale des banques avait ordonné la faillite de la société en octobre 2005.

(ats)

Ton opinion