Publié

JusticeL'ex-patron de Bank of China Suisse condamné

Jacques Méchélany a écoper de 150 jours-amende pour gestion déloyale simple, mais a été acquitté sur les autres chefs d'accusation.

Archives/photo d'illustration, Keystone

L'ancien patron de Bank of China Suisse, établissement repris en 2012 par Julius Baer, a été condamné lundi à 150 jours-amende pour gestion déloyale simple. Il a été acquitté sur les autres chefs d'accusation. Son avocat veut faire appel.

Le procureur demandait 12 mois de prison avec sursis. «Je considère que Jacques Méchélany est un bouc émissaire», a indiqué à l'ats l'avocat de l'accusé Philippe Grumbach, après le verdict. En cause, la gestion de quatre fonds qui ont chuté d'au moins 75% entre 2008 et 2010. Le tribunal de police a reconnu M. Méchélany coupable d'avoir recouru à un levier excessif dans l'administration de ces fonds.

Des reproches que son avocat attribue aux dirigeants chinois qui ont succédé à son client. Le 7 mai 2010, «ils ont liquidé la position des fonds moins de 24 heures après un krach boursier» parmi les plus importants à New York, souligne Maître Grumbach. Pour cette raison, l'avocat annonce que son client «fera très vraisemblablement appel».

Jacques Méchélany a en revanche été acquitté sur tous les autres chefs d'accusation. Dont celui d'investissement trop important dans une obligation convertible de la société chinoise Venturepharm Lab ou celui de préjudice à Bank of China.

A l'origine d'une plainte en 2010, la société d'investissements Peper s'était retirée récemment en 2015 du dossier après un accord avec le prévenu. La banque privée zurichoise Julius Baer avait repris en juillet 2012 les affaires de la filiale suisse de Bank of China dans le cadre d'un partenariat avec l'établissement chinois.

(ats)

Votre opinion