22.12.2015 à 16:35

Ecoles polytechniquesL'excellence des EPF a un prix, selon des experts

Afin de garantir le succès et la compétitivité des écoles polytechniques, des experts recommandent que le budget soit garanti autant que possible.

Le site de l'école polytechnique fédérale de Lausanne.

Le site de l'école polytechnique fédérale de Lausanne.

Keystone

L'excellence des Ecoles polytechniques fédérales (EPF) à un prix. Un rapport d'experts publié mardi exhorte toutefois tous les acteurs impliqués à ne pas relâcher l'effort et formule toute une série de recommandations.

Afin de garantir le succès et la compétitivité des EPF, la commission d'experts recommande que le budget soit garanti autant que possible durant les périodes de planification à venir. Le Conseil des EPF est en outre appelé à évaluer la possibilité de développer des sources de financement complémentaire.

Taxes d'études

Il peut s'agir de dons, de l'augmentation du taux de couverture des coûts indirects, du développement des campagnes de collectes de fonds, de la monétisation de la formation continue, du renforcement des revenus de licences, de la promotion d'instruments financiers novateurs ou encore de l'adaptation du montant des taxes d'études.

Par ailleurs, la commission d'experts serait favorable à une discussion sur les programmes de cofinancement auxquels tous les cantons ne participent pas pour l'instant. Dans sa prise de position, le Conseil des EPF se dit favorable au principe d'une augmentation des taxes d'études.

Mais vu que le sujet fait toujours l'objet d'un débat politique, il préfère s'abstenir de prendre toute autre décision pour l'instant. Concernant le financement cantonal, il considère que les contributions ne doivent pas grever indûment le budget d'une autre institution académique.

Organisation à revoir

Le rapport préconise de revoir l'organisation du Conseil des EPF pour réduire sa charge administrative et transférer son siège et son activité centrale à Berne. La présence dans la Ville fédérale sera renforcée, assure le Conseil.

Au nombre des treize recommandations figure aussi un renforcement de l'autonomie dans les domaines des EPF. La séparation entre budget normal et affecté aux constructions ainsi que les limitations imposées dans les projets de partenariat public-privé sont dans le viseur du groupe d'experts.

Ces derniers plaident en outre pour un renforcement de la capacité stratégique du Conseil des EPF par exemple avec un centre de compétence en politiques commerciales (brevets, licences). Les relations avec les cantons devraient être intensifiées. Les infrastructures de recherche comme le laser à électron libres doivent être encouragées.

Taux de diplômes

Les efforts pour promouvoir l'égalité des chances entre hommes et femmes doivent être poursuivis. Des mesures doivent en outre être prises pour améliorer les taux d'obtention de diplômes. Via une admission sélective pour les étudiants étrangers ou via une évaluation informative non obligatoire à l'entrée pour les étudiants titulaires d«un certificat suisse.

Le Conseil des EPF est quant à lui fermement opposé à un examen formel d'entrée pour ces derniers. La maturité doit rester le diplôme permettant de commencer des études de bachelor même si les taux de réussite en fin de première année sont inférieurs à ceux de grandes écoles étrangères.

Le rapport appelle par ailleurs à améliorer les capacités de communication et de dialogue, à accroître la collaboration avec les Hautes écoles spécialisées (passerelles entre les programmes d'études, meilleure utilisation de la recherche appliquée) et à définir une stratégie en matière de médecine et de santé.

L'esprit d'entreprise et la capacité d'innovation doivent en outre être développés, par exemple par la création de fonds formels de démarrage ou de capital-risque. Enfin le rapport appelle le Conseil des EPF à prendre un rôle plus proactif dans la thématique du Parc suisse d'innovation. Une recommandation rejetée par l'intéressé qui a l'intention de conserver un rôle subsidiaire.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!