08.09.2018 à 23:22

FootballL'horrible blessure de Shaw éclipse le succès de l'Espagne

Dans le cadre de la Ligue des Nations, l'Angleterre a été battue par la Roja. Mais le match a été marqué par une scène choquante.

von
Blaise Craviolini
Luke Shaw a été placé sous assistance respiratoire.

Luke Shaw a été placé sous assistance respiratoire.

Keystone

Le football, même de qualité, est parfois éclipsé par des événements extra-sportifs qui choquent et qui marquent les esprits. Ce fut le cas, samedi soir à Londres, lors du match entre l'Angleterre et l'Espagne comptant pour la première journée de la toute nouvelle Ligue des Nations.

Cervicales touchées

Dans ce duel de prestige entre deux grands d'Europe, la deuxième mi-temps n'est vieille que de quelques secondes lorsque - sur un long ballon aérien - Luke Shaw et Daniel Carjaval se téléscopent avec une violence inouïe, sans que la responsabilité d'un des deux joueurs ne soit engagée. Le Britannique s'effondre comme une masse et reste inanimé sur la pelouse de Wembley. Le staff médical anglais s'affaire de longues minutes autour du malheureux et lui prodigue les premiers soins - assistance respiratoire notamment - alors que le stade se réfugie dans un mutisme pesant. On redoute le pire.

Le latéral gauche de Manchester United a été transporté à l'hôpital. Il souffre d'une sérieuse blessure aux cervicales. A l'heure où nous écrivons ces lignes, aucun diagnostic officiel n'a été communiqué par le corps médical.

Luis Enrique réussit ses débuts

Cela dit, l'Espagne a parfaitement lancé la «Reconquista» de Luis Enrique. Eliminée prématurément de la Coupe du monde russe, elle a remporté 2-1 le premier match dirigé par son nouveau sélectionneur. Le tout dans une ambiance délétère après le licenciement de Julen Lopetegui, juste avant le Mondial.

La «Roja» a donc entamé ses travaux - herculiens - de reconstruction par un succès, étouffant presque aussitôt la polémique provoquée par la non-sélection d'une dizaine de mondialistes par Enrique.

Avec un jeu plus attractif que celui présenté en Russie, porté cette fois par un David De Gea inspiré, elle a légèrement dominé une Angleterre un tantinet poussive, qui aurait cependant mérité l'égalisation en fin de rencontre.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!