Romandie: L'ibis chauve Giorgia batifole de Cortébert à Payerne
Actualisé

RomandieL'ibis chauve Giorgia batifole de Cortébert à Payerne

Le volatile qui n'aime pas être approché de trop près a fait un bond de Berne à Vaud.

par
lematin.ch
L'ibis chauve Giorgia photographiée lundi matin avant son envol pour Payerne.

L'ibis chauve Giorgia photographiée lundi matin avant son envol pour Payerne.

Dominique Eggler

Une femelle ibis chauve dans le vallon de St-Imier (BE), c'est une présence qui a réjoui la journaliste Dominique Eggler, établie à Corgémont. En passant en voiture par Cortébert, lundi matin, elle a photographié le volatile, puis elle a mentionné sa présence dans «Le Journal du Jura» de mercredi.

«La photo est de mauvaise qualité parce qu'elle a été prise de la route cantonale, depuis ma voiture, sans même sortir l'appareil par la fenêtre: l'oiseau n'a pas bougé une «oreille» et c'était mon but», détaille Dominique Eggler.

Trois ans

Giorgia est une femelle de trois ans appartenant à une action européenne de réintroduction de l'espèce. «Les photographes, amateurs ou non, l’ont fait s’envoler à plusieurs reprises, alors qu’elle venait de s’installer pour manger», a constaté Dominique Eggler.

La journaliste a distillé ses conseils: «Elle peut être observée en circulant lentement, si les nombreux dérangements d’hier ne l’ont pas chassée définitivement de nos contrées, voire au moyen de jumelles, mais de loin», écrivait-elle mercredi. Las, Giorgia est repartie d'où elle était venue trois jours plus tôt: à Payerne, au sud de l'aérodrome.

Animal Tracker

Conseillère en communication, Dominique Eggler est devenue accro: elle suit Giorgia sur l'appli «Animal Tracker». L'ibis chauve lui rappelle l'aigrette blanche aperçue dans son vallon pendant l'hiver 2016-2017.

«À l'endroit où a séjourné l'ibis, on voit régulièrement, des hérons, des canards, et même parfois des vanneaux huppés de passage, surtout après les pluies», précise Dominique Eggler. Selon ses observations, les migrants solitaires rejoignent les hérons: «Ces échassiers partagent le même régime alimentaire. Ceux qui ne font que passer flairent un danger quand les autochtones s'envolent à tire d'aile», glisse Dominique Eggler.

Lac de Constance

«Ces oiseaux se cherchent encore: ils ont besoin de ne pas être dérangés pour retrouver leurs marques», insiste Dominique Eggler. Centré sur le lac de Constance, le programme de réintroduction est chapeauté par l'Union européenne. Les quatre ibis chauves éclos cette semaine au Zoo de Bâle en font partie.

«Cet oiseau migrateur est guidé en Toscane par des ULM», rapporte Dominique Eggler. Le chemin du retour est semé d'obstacles: ainsi, la femelle «Sonic» s'est électrocutée dans les Grisons en migrant de la Toscane vers l'Allemagne. Elle a été retrouvée le 20 avril dernier au pied d’un poteau électrique, dans le parc naturel du Beverin.

Quatre siècles

Sonic était devenue l'emblème du programme de réintroduction de l’espèce en Europe. Les ibis chauves ont disparu de Suisse il y a plus de quatre siècles, leur chair et leurs oeufs étant considérés autrefois comme un mets de choix.

Sonic n'a pas eu le temps de s'accoupler, mais à Payerne, Giorgia séjourne à proximité d'un mâle à tête chauve, au long bec rouge et à la nuque recouverte de plumes ébouriffées tirant sur le bleu. «Qui sait, si le site leur convient, Giorgia formera un couple avec Sensai», espère Dominique Eggler.

Vincent Donzé

Votre opinion